Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Arts-Chapiteau]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1106011
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1106926
BALUSTRADE 
larges, les pleins plus epais. Leur dimension est egalement soumise aux 
dimensions des materiaux, car on renonca bientot aux balustrades compo- 
sees de plusieurs morceaux de pierre places les uns sur les ziutres, comme 
n'offrant pas assez d'assiette, et on les evida dans une dalle posee en delit. 
En Normandie, en Champagne, on la pierre ne s'extrait generalement 
qu'en morceaux el'une petite dimension, les balustrades sont basses et 
n'atteignent pas la hauteur d'appui (1 metre environ). Dans les parties de 
la Bourgogne ou la pierre est tres-dure, cliflicile a tailler, et ne s'extrait pas 
aisement en bancs minces, les balustrades sont rares et n'apparaissent que 
fort tard, lorsque l'architecture imposa les formes qu'elle avait adoptees 
dans le domaine royal, a toutes les provinces environnantes; de-st-Ei-dire 
vers la lin du X111? sieele. Les bassins de la Seine et de 1'0ise offraient aux 
construeteursdes qualites de materiaux tres-propresa faire des balustrades; 
aussi est-ce dans ces eontrees qu'on trouve des exemples varies de cette 
partie importante de la decoration des edilices. Comme l'usage de scier les 
bancs en lames minces n'etait pas Iaratique au XIIIÜ sieele, il fallait trouver 
dans les carrieres des bancs naturellement assez peu epais pour permettre 
d'executer des claires-voies legeres. Le cliquart de Paris, le liais de l'Oise, 
certaines pierres de Tonnerre et de Vernon, qui pouvaient s'extraire en 
bancs de 0'215 a 0'220 d'epaisseur, se pretaient merveilleusement a l'exe- 
cution des balustrades construites en grands morceaux de pierre poses de 
champ et evides. Partout ailleurs les architectes süngenierent a trouver- 
un appareil combine de maniere a suppleer a l'insuffisance des materiaux 
qu'ils possedaient, et ces appareils ont eu, comme on doit le penser, une 
grande influence sur les formes adoptees. ll en est des balustrades comme 
des meneaux de fenetrcs, comme de toutes les parties delicates de l'archi- 
tecture ogivale des X1118 et XIVe sieeles : la nature de la pierre commande 
la forme jusqifa un certain point, ou du moins la modiiie. Ce n'est donc 
qu'avec circonspection que l'on doit etudicr ces varietes, qui ne peuvent 
indifferemment s'appliquer aux diverses provinces dans lesquelles l'ar- 
chitecture ogivale s'est develtippce. 
Dans Flle-de-Franee, une des plus anciennes balustrades que nous con- 
naissions est celle qui couronne la galerie des Rois de la facade occidentale 
de la cathedrale de_Paris: elle appartient aux premieres annees du X1110 sie- 
cle (1210 211220), comme toute la partie inferieure de cette faqade (fig. L1). 
Avant la restauration du portail, cette balustrade n'existait plus qu'au 
droit des deux contre-forts extremegainsi qu'on peut s'en assurer  elle 
est construite en plusieurs morceaux, au moins dans la partie a jour, et se 
compose d'une assise portant les bases, de colonnettes posees en delit avec 
renfort par derriere, et d'une assise de couronnement evidee en arcatures 
deeorees" de Ileurettes en pointes de diamant. Il existe encore sur les gale- 
riesjntermediairesldes tours du portail de la Galende, a la eathedrzile de 
1 Cette balustrade est rälablie aujourd'hui sur toute la longueur de 
remplace celle qui avait dtd refaite au XlVe sibcle et qui tonnbait on ruine. 
la 
faqnde, cl
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.