Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Arts-Chapiteau]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1106011
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1106719
 119  [ AUTEL ] 
meme des reliques de saints ; ces custodes, completement independantes 
du retable, se posaient devant lui, sur l'autel meme, au moment de la 
communion des Iideles. Mais il faut reconnaitre que le texte de Yeveque 
de Mende est assez vague, et l'opinion de Thiers s11rles custodes ou tours 
mobiles nous parait appuyee sur des faits dont on ne peut contester 
Yauthenticite. Thiers regarde les tours comme des coffres destines non 
point a contenir Feucharistie, mais les ustensiles necessaires pour Fobla- 
tion, la consecration et la communion, et il incline a croire que l'encha- 
ristie etait toujours rescrväe dans une boite suspendue au_dessus de l'autel, 
que cette boite füt faite en forme de tour, de coupe ou de colombe. Saint 
Udalric parle d'une colombe d'or continuellement suspendue sur l'autel 
de la grande eglise de Cluny, dans laquelle on reservait la sainte eucha- 
ristie. Mais ces suspensions affectaient diverses formes, sans parler de 
celle representee dansla figure 8 ; il existe encore dans le tresorde la cathe- 
drale de Sens un ciboire en forme de coupe recouverte, destine a etre 
suspendu auwlessus de Fautcl : ce ciboire date du XIIIÜ siecle. Quant aux 
ustensiles necessaires pour Poblation, la consecration et la communion, 
tels que le calice, la patene, la fistule, les burettes, le voile, etc., ils etaient 
conserves ou dans ces coffres mobiles que lion transportait pres de l'autel 
au moment de Poblation, ou dans ces petites armoires qui sont generale- 
nient pratiquees dans les murs des chapelles a la droite de l'autel, en face 
de la piscine, ou dans de petits reduits pratiques a cet effet dans les autels 
memes. Nous retrouvons un assez grand nombre d'autels figures dans 
des peintures et des bas-reliefs ou ces reduits sont indiques. Voici entre 
autres (fig. 19) un autel provenant d'un bas-relief dialbatre conserve dans 
le musee de la cathedrale de Seez, sur la paroi duquel estouvcrte une 
petite niche contenant les burettes. 
Quant aux retables, ils prirent une plus grande importance a mesure 
que le goüt du luxe penetrait dans la decoration interieure des eglises 
(voy. RETABLE). nep tres-riches au X1118 siecle, mais renfermes dans des 
lignes simples et severes, ils ne tarderent pas a s'elever et a dominer les au- 
tels en presentant un echafaudage dbrnementations et de figures souvent 
d'une assez grande dimension, ou une succession de sujets couvrant un 
vaste champ. Les cathedrales seules consersferent longtemps les anciennes 
traditions, et nc laisseront pas etoulfer leurs maitres autels sous ces deco- 
rations parasites. Il faut rendrejustice a PEglise francaise, cependant: elle 
fut la derniere a se laisser entrainer dans cette voie facheuse pour la di- 
gnite du culte. L'Italie, FESpagne, l'Allemagne, nous devancerent, et cou- 
vrirentdes le XIVe siecleleurs retables d'un fouillis incroyable de bas-reliefs, 
de niches,de clochetons, qui sfeleverent bientotjusquütux voütes des egli- 
ses. Les dossiers des autels des eglises espagnoles notamment sont surmon- 
tes deretzibles, dont quelques-uns appartiennent au XlVe siecle, et un plus 
grand nombre aux xve etxvie siecles, qui depassent toutce que l'imagina- 
tion peutsupposer de plus riche etde plus charge de sujets etde sculptures 
d'ornement. Sans tomber dans cette exageration, les autels de France per- 
11.  7
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.