Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Arts-Chapiteau]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1106011
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1111623
[ CHAPITEAU j  5110  
zontale, toute sculpture qui arretait le regard et Fempechait de suivre 
sans interruption les lignes verticales de l'architecture, genaient evidem- 
ment les maitres. Pour dissimuler l'importance deja si minime des chapi- 
teaux, les architectes reduisent le tailloir a un filet ou un boudin "tres-lin 
masque par la saillie des feuillages; si ce tailloir existe encore, on le soup- 
conne a peine; il n'est plus qu'un guide pour le sculpteur, une assiette, 
pour qu'en posant le sommier, on ne brise pas les sculptures. 
Vers le milieu du xve siecle, on supprime generalement le chapiteau, 
qui ne reparait qu'au commencement de la renaissance, en cherchant 
a se rapprocher des formes antiques. Si, par exception, le chapiteau existe 
encore de 1h50 a 1h80, il est bas, decore de feuillages tres-decoupes, de 
chardons, de ronces, de passiflores; son astragale est lourd, cpais et son 
tailloir maigre. Ce dernier chapiteau n'est plus reellement qu'une bague. 
Parfois aussi, dans les edifices du xve siecle, on rencontre des chapi- 
teaux a figures, mais qui sont plutot des caricatures ou des represen- 
tations de fabliaux en vogue que des legendes sacrees. 
No us avons dit un mot des chapiteaux normands du xm" siecle, lorsque 
l'architecture de cette province cesse d'etre une copie de l'architecture 
francaise du regne de Philippe-Auguste. Au moment ou les architectes de 
Flle-de-Franee, de la Champagne, de la Picardie et de la Bourgogne aban- 
donnent le tailloir carre pour adopter les formes polygonales se penetrant 
en raison de la disposition des arcs des voütes, et afin d'eviter les angles 
saillants et les surfaces horizontales inutiles, les appareilleurs normands 
ne prennent pas tant de soin; ils evitent ces traces compliques et qui ne 
pouvaient etre arretes que lorsque les lits des sommiers, et par eonsequent 
la place, la forme et la direction des arcs etaient connus; ils prennent un 
parti qui supprime les combinaisons geometriques rectilignes, et donnent, 
vers 1230, aux "tailloirs des chapiteaux, la forme circulaire toutes les fois 
que la disposition des piles le leur permet, et surtout (cela va sans dire) 
lorsque ces piles sont monocylindriques. Les cathedrales de Coutances, de 
"Bayeux, de Dol, du Mans, de Seez, Yeglise d'Eu, nous donnent de nom- 
breux exemples de ces chapiteaux a tailloirs en forme de disque. Ce qu'ils 
font pour les chapiteaux, ils le font egalement pour les bases (voy. BASE). 
Nous donnons(fig. 52) un chapiteau en deux assises d'une des piles de la 
nef de la cathedrale de Seez, construite vers cette epoque (1230), et (fig. 53) 
un chapiteau d'une des colonnettes de l'arcature interieure de la meme 
eglise appartenant aux memes constructions. Deja, dans le gros chapiteau, 
les feuilles sont sculptees d'une faeon seche et manieree, qui est bien eloi- 
gnee de la souplesse des ornements du meme genre appartenant a l'Ile-de- 
France ou a la Bourgogne. Il y a quelque chose d'uniforme dans le faire 
et la composition de cette sculpture, une grande pauvrete d'invention, et le 
desir de produire l'effet par la multiplicite des details et la recherche de 
Pexecution. Ce defaut est plus sensible encore dans les ediüces anglais de 
cette epoque. Il faut dire aussi que les sommiers des arcs paraissent mal 
soutenus par ces tailloirs circulaires, qui n'indiquent plus, comme les faces
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.