Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Arts-Chapiteau]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1106011
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1111033
1181 
IIAPITEA U 
vinrent se ranger tant bien que mal dans un meme monument. Les 
anciennes basiliques chretiennes de [tome ne sont elles-rnemes qu'une 
reunion de fragments antiques. Gettevariete d'ornementation, iniposee 
par la necessite, fut cause que les yeux shabituerent avoir dans un meme 
edifice des chapiteaux fort differents par la composition, Page, le style et 
la provenance. Lorsque les fragments antiques vinrent a manquer, il fallut 
y suppleer par des oeuvres nouvelles, ct. les sculpteurs, depuis le v1" siecle 
jusqu'au x16, chercherent a imiter les vieux debris romains qu'ils avaient 
sous les yeux. (les imitations, faites par des mains inhabiles, avec des 
outils grossiers, sans aucune idee de la nzisc au point regulierc, ne furent 
que d'inforn1es reminiscences des arts antiques, dans lesquelles on cher- 
cherait vainement des regles, des principes d'art. Toutefois il faut recon- 
naitre que, des cette epoque rcculee, il se fit une veritable revolution 
dans la maniere d'employer le chapiteau; cc membre de la colonne reeut 
une destination plus vraie que celle qui lui avait eue affectee parles Grecs 
et les Romains.  
Certains developpements sont necessaires pour faire comprendre toute 
l'importance de ce changement de destination donnee au chapiteau. 
Les ordres grecs se composent, comme on sait, de la colonne avec son 
chapiteau supportant un entablement, autrement dit, d'une superposition 
de plates-bandes comprenant farchitravfe, la frise et la corniche. Il en est de 
meme des ordres romains. Avant les dernieres annees du Bas-Empire, pas 
de colonnes grecques ou romaines sans Fentableinent, et ce niestque fort 
tard, dans quelques editices de latleczidence, que l'on voit, par exception, 
Farchivolte romaine posee sur le chapiteau sans entablement. Dans les 
ordres grecs et romains, le chapiteau estpltitot un arret destine a satisfaire 
les yeux qu'un appendice necessaire 51 la solidite de Peditice, car la pre- 
miere plate-bande ne depasse pas l'aplomb du diametre superieur de la 
colonne, et le chapiteau est ainsi (au point dc vue de la solidite)un mem- 
bre inutile, dont la forte saillie ne porte rien sur deux de ses faces. 
La figure l, qui donne un chapiteau d'un des temples dhägrigente avec 
son entablement, exprime clairement ce que nous voulons indiquer. Sup- 
posant les parties A du chapiteau coiqiiees, Farchitravc portera tout aussi 
bien sur le fut de la colonne. En gens de sens et de goüt, les Atheniens 
furent evidennnent frappes de ce defaut, car, dans la construction du 
Parthenon, ils tirent saillir Parchitrave sur le nn (le la colonne, ainsi que 
l'indique la ligure 2. La fonction du chapiteau estla mieux marquee : c'est 
un encorbellement place sur le fut cylindrique de laicolonne pour donner 
une large assiette a la plate-bande. Ces finesses echapperent aux Romains; 
ils ne virent dans le chapiteau qu'un simple ornement, ne profiteront 
pas de son evasement pour porter une plate-bande plus large que le dia- 
metre superieur du fut de la colonne.  
Des les premiers temps du moyen age, Fentablement disparait totale- 
ment, pour ne plus reparaitre qu'au xvl" siecle, et le chapiteau avec son 
tailloir porte Yarchivolte sans in terniediaire. Alors le chapiteau prend un 
u.  61
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.