Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Arts-Chapiteau]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1106011
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1110784
CHAPELLE 
1156 
bas cote du x11" siecle. (Jette adjonction fut iaite avec adresse : en conser- 
vant les Vüütes du bas cote, dont les arcs A, B sont anciens, l'architecte du 
mvc siäele remplaga la pile C en sous-oeuvre, accola les deux piles d'en- 
tree D, D aux pilesE du collateral du xnesiecle, conserva les anciens contre- 
forts F; et, supprimant celui qui existait derriere la pile C, y substitua un 
arc aigu venant reporter le poids des constructions supcrieures sur la 
pile G. Une charmante arcature decore l'appui des quatre grandes feno- 
tres dont les meneaux offrent un dessin d'une purete remarquable. 
Les XIVe, xve et XVIe siecles batirent a proximite, ou attenantes aux 
grandes eglises, une quantite innombrable de chapelles: parmi les plus 
belles, on doit citer la chapelle de la Vierge bätie a l'abside de la cathe- 
drale de Rouen (uve siecle); les grandes chapelles elevees sur leflanc 
sud de la cathedrale de Lyon et nord des cathedrales de Ghälons et de 
Langres (XVIe siecle). 
CHAPELLES COMPRISES DANS LE PLAN GENERAL mas Eemsns. -A quelle epo- 
que precise des chapelles vinrent-elles entourer le sanctuaire des eglises? 
ll serait difficile, nous le croyons, de repondre d'une facon categorique a 
cette question dans Yetat actuel des connaissances archeologiques; nous 
ifessayerons meme pas de la discuter, nous nous bornerons a constater 
quelques faits. Mais, avant tout, nous devons dire que nous ne donnons 
le nom de chapelles qu'aux absidioles plus ou moins profondes et larges, 
circulaires, carrees ou a pans, qui s'ouvrent sur les bas cotes d'une 
eglise; nous rangeons les chapelles posees a 1' extremite des bas cotes, 
comme dans la figure 22 de cet article, ou celles qui s'ouvrent des deux 
cotes du sanctuaire sur les transsepts, au nombre des absides secon- 
daires. Or, nous voyons des chapelles absidales donnant sur le bas cote 
qui pourtourne le sanctuaire, dans des eglises dont la construction re- 
monte au 1x8 ou au xe siecle, comme, par exemple, Yeglise de Vignory. 
Dans le centre de la France, nous trouvons des chapelles ahsidales des 
le x0 sieclck Ueglise de Saint-Savin (Poitou) nous donne cinq cha- 
pelles s'ouvrant dans le bas cote du sanctuaire (xrc sieel e). Ueglise 
Saint-Etienne de Nevers (x16 siecle) en presentc trois; celle de Notre- 
Dame du Port de Glermont (x12 siecle), quatre. Dans d'autres provinces, 
les chapelles absidales, apparaissent beaucoup plus tard. En Normandie, 
par exemple, les sanctuaires demeurent longtemps, jusqu'a la lin du 
xIP siecle, sans bas cotes, et par consequent sans chapelles absidales. En 
Bourgogne, nous ne les voyons adoptees qu'au X110 siecle. Les abbayes 
commencent, dans les provinces du Nord et de l'Est, a elever des 
1 Une importante decouverte vient ajouter un fait nouveau i: ceux dejä connus. 
Des fouilles executees dans le Sanctuaire de la. cathädrale de Clermont, sous la 
direction de M. Mallay et la notre, viennent de faire rcconuaitre l'ancien plan de la 
cathedrale primitive, qui date du x9 au Xle siecle; ces fouilles ont laisse voir quatre 
chapelles autour du bas cote du sanctuaire, comme, dans Päglise de Notre-Dame du 
Port.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.