Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Arts-Chapiteau]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1106011
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1110248
CHAINAGE 
A02 
dans les constructions. Nous citerons, entre autres exemples, la facade de 
la cathedralc de Strasbourg, qui de la base jusqifa la hauteur du pied 
de la fleche, est chainee avec, un grand soin a tous les etages, au moyen 
de longues barres de ferplat bien forgees, noyees entre les lits des assises; 
le chuzur de l'ancienne eathedrale de Careassonne, qui est de meme soli- 
dement chaine au moyen de longues et fortes barres de fer passant a 
travers les baies et servant däirinaturcs aux vitraux; Feglise Saint-Ouen 
de Rouen, la cathcdrale de Narbonne. 
Les architectes du xinf siecle ifemployerent pas senlcmentles ehainages 
a demeure, noyes dans les constructions; ils s'en servirent aussi comme 
d'un moyen provisoire pour maintenir les poussees des arcs des eollateraux 
surles piles interieures, avant que celles-ci fussent chargees. Dans le 
chcnuret la nefdescathedrales de Paris, de SoissonsetdeLaon, dans lanel" 
de la cathedralc d'Amiens, dans le choeur de celle deTours, constructions 
elevees de 1210 a 1230, on observe, au-dessus des chapiteaux portant les 
archivoltes et les voütes en arcs d'ogive des bas cotes, entaillees dans le 
lit inferieur des sommiers, des pieees de bois sciees au ras du ravalement; 
ces pieces de bois n'ont guere que 0'212 X 0'212 dequarrissage. Ce 
sont des tirants poses, en construisant les voütes, entre les cintres doubles 
sur lesquels on bandait les archivoltes et les arcs-douhleaux, et laisses 
jusque Vachevement de Fediflce, dest-ä-dire jusqu'au moment ou les 
piles interieures etaient chargeesau point de ne plus faire craindre un 
bouclement produit par la ponssee des voütes des bas cotes. On pouvait 
ainsi, sans risques, decintrei- ces voütes, se servir des bois pour un autre 
usage et livrer meme ces bas cotes ä la circulation. La construction ter- 
minee, on sciait les tirants de bois. 
La figure 7 l fera comprendre l'emploi de ce procede fort ingenieux et 
simple. On voit en A le bout du chalnage de bois scie. Ce moyen avait ete 
indique par Fexperience: beaucoup de piles interieures (Yeglises baties 
a la lin du xne siecle sont sorties de la verticale, sollieitees par la poussee 
des voütes des bas cotes avant Fachevement de la construction; car, pour 
interrompre le culte le moins longtemps possible, a peine les bas cotes 
etaiezit-ils eleves, on fermait les voütes, on les decintrait, on elablissait un 
plafond sur la nef centrale ä la hauteur du triforium, et l'on entrait dans 
Feglise. 
A la cathedrale de lteims, dont la construction est executee avec un 
grand luxe, on avait substitue, aux chaines provisoires de bois posees sous 
les sommiers des arcs des piles des bas cotes, des crochets de fer dans 
lesquels des tirants de fer, portant un ceil a chaque extremite, venaient 
s'adapter; la construction chargee autant qu'il etait necessairc pour ne 
plus craindre un bouclement des piles, on enleva les tirants; les crochets 
sont restes en place. On retrouve les traces de ces chainages provisoires 
jusqu'a la lin du xtv" siecle. 
Dc l'une des piles de la nef de la calhddrale düxmicns." 

        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.