Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Arts-Chapiteau]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1106011
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1106530
 31  [ AUTEL l 
 Uautel des reliques de la eathetlrale d'Arras dispose au chevet de cette 
Oglise, et qui est reproduit dans les Annales arel1äologiqzzw.s de M. Didron, 
d'apres un tableau conserve dans la sacristie, presen tait une disposition 
analogue a celle de l'autel du chevet de Notre-Dame de Paris, si ce n'est 
que le reliqnaire estsuspendu au-dessus de l'autel, scelle aux deux piles 
extremes de l'abside, et qu'on y monte par un petit escalier de bois pose 
il la droite de cet autel 1. 
L'usage de poser des parements 2 devant les autels, bien qu'ancien, ne 
fut pas adopte uniformement en Ifrance. Cela explique pourquoi, a par- 
tir du X118 siecle, quelques tables d'autels anciens sont portees sur des 
massifs bruts, tandis que d'autres sont soutenues par des eolonnettes 
riches de sculptures, des areatures, des plaques de pierre ou de marbre 
illcrustees ou sculptees. Le sieur de Mauleon observe 3 u que dans les cha- 
pelles de Teglise cathedrzile d'Angers, les autels (selon l'ancien usage que 
HOus avons conserve le vendredi saint, et, il n'y a pas encore longtemps, 
1e samedi saint aussi) sont a nu, et ne sont couverts de quoi que ce soit; 
de sorte que ce n'est qu'un moment avant que d'y dire la messe qu'on 
y met les: nappes, qui debordent comme celle qu'on met sur une table 
ou l'on dine ; et il n'y a point de parement. n La forme la plus habituelle 
de l'autel, pendant le moyen fige, qu'il soit ou non revetu de parements, 
est celle d'une table on d'un colfre. 
Il est certain que les beaux autels des chapelles de Feglise abbatiale de 
Saint-Denis en France, dont nous donnerons plus loin les dessins, et tant 
d'autres, portes sur des colonnes ou presentant des faces richement deco- 
rees de sculptures, de peintures et d'applications, ifetaient pas destines it 
recevoir des parements ; tandis quetres-anciennemexit dcja certainsautels 
en etaient garnis. Ifautel majeur de la (zathedrale de Reims avaitun pare- 
ment en partie d'or lin, en partie de vermeil, donne par les archeveciues 
Ilinemar et Samson des Pros. Ijautel des reliques de Feglise de Saint-Denis 
etait egalement revetu sur la face d'un parement d'or enrichi de pierres 
precieuses qui avait ete donne par Suger. Mais le plus souvent les pare- 
ments etaient (Yetoifes precieuses, pour les devants d'autel comme pour 
les retables. Guillaume Durand-l n'admet pour lesvetements ecelesiastiques 
que quatre couleurs principales: le blanc, le rouge, le noir et le vert; il 
ajoute, il est vrai, que l'emploi de ces quatre couleurs n'est pas absolu- 
ment rigoureux, Pecarlate peut, selon lui, etre substitue au rouge, le violet 
au noir, la couleur lfjysse au blanc, et le safran au vert. ll est probable que 
les parements des autels etaient soumis, comme les vetements ecclesias- 
1 Annales archäoL, t. Vlll. Nous ne pouvons mieux faire que de renvoyer nos lecteurs 
ü. la gravure donnec par MM. Lnssus et Galucberel. 
2 On entend par panvzmelzi un rexetument mobile que l'on [Jlnce devant et sur les 
cütes des autels ou retables, et que l'on change suixunl les fätes ou les epoques de Fannee. 
(Vey. le Dieliouuaire du nlubzlier, nu mot PAHEMENT.) 
3 Palgc T9. 
4 Iialiunule, lib. ll, UÜP- 
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.