Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Arts-Chapiteau]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1106011
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1110193
397 
CIIAINAGE 
ment, et destinees a empecher les ecartements, la dislocation des con- 
structions de maeonnerie. 
LesRomains, etmcmeavant eux les Grecs, avaient l'habitude, lorsqu'ils 
construisaient en assises de pierre de taille ou de marbre, de relier ces 
assises entre elles par de gros goujons de fer, de bronze ou meme de bois, 
et les blocs entre euxpar des crampons ou des queues d'aronde. Mais les 
Grecs et les ltomains posaient les blocs de pierre tailles a cote les uns des 
autres et les uns sur les autres, sans mortier (voy. JOINT, LIT). Le mortier 
ifetait employe, chez les Romains, que pour les blocages, les ouvrages 
de moellon ou de brique, jamais avec la pierre de taille. 
Des Fepoque merovingienne on avait adopte une construction mixte, 
qui n'elait plus le moellon smille des Romains, et qui ifetait pas l'ouvrage 
antique de pierre de taille: c'etait une sorte de grossier blocage revetu 
de parements de carreaux de pierre assez mal tailles et reunis entre eux 
par des couches epaisses de mortier (voy. CONSTRUCTION). 
Du temps de Cesar, les Gaulois posaient, dans Fepaisscur de leurs 
murailles de defense, des longrines et des traverses de bois assemblees 
entre les rangs de pierres. Peut-ctre cet usage avait-il laisse des traces 
mcme apres l'introduction des arts romains dans les Gaules. Ce que nous 
pouvons donner comme certain, Zdest que l'on trouve, dans presque 
toutes les constructions meroviugiennes et carlovingiennes, des pieces de 
bois noyees longitudinalement dans Yepaisseur des murs, en elevation 
et meme en fondation 1. Ces pieces de bois presentent un equarrissage 
qui varie de 0"',l2 x 0'212 a 0'220 x 0m,20. 
Jusqifa latin du xue siecle, cette habitude persiste, et ces chainages 
sont poses, comme nos cliainztges modernes, a la hauteur des bandeaux 
indiquant des etages, a la naissance des voütes et au-dessous des couron- 
nements superieurs. Les travaux de restauration que nous eümes l'occa- 
sion de faire executer dans des edilices des X1" et XIIÜ siecles nous ont 
permis de retrouver un grand nombre de ces chainages de bois, assez bien 
conserves pour ne pas laisser douter de leur emploi. Dans la nef de 
Yeglise abbatiale de "Vezelzigf, qui date de la [in du x12 siecle, il existe un 
premier chaiuage de. bois au-dessus des archivoltes donnant dans les col- 
lateraux, et un second chainage, interrompu par les fcnetres hautes, au 
niveau du dessus des tailloirs des (Jhapiteaux, a la naissance des grandes 
voütes. Ce second chainage de bois offre cette particularite qu'il sert 
d'attache a des crampons de fer destines a recevoir des tirants transversaux 
d'un mur de la nef a l'autre a la base des arcs-doubleaux. Ces tirants 
elaient-ils destines a demeurer toujours en place pour eviter Fecartement 
des grandes voütes? Nous ne le pensons pas. Il est a croire qu'ils ne 
devaient rester poses que pendantla construction, jusqifa ce que les murs 
1 ll n'est pas besoin de dire que le bois a disparu, et se trouve räduit en poussiärc; 
mais son moule existe dans les magonneries. Le bois, totalement privi- d'air et entourü 
de Vhumiditd pernlanentv de lu malgonxlcrie, est biontüt pourri. 

        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.