Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Arts-Chapiteau]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1106011
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1110095
 337  [ CATHEDRALE ] 
tradition patenne laissait encore des traces dans les esprits, comme elle 
en laissaitdans les formes de l'architecture. Jusqu'au xn" siecle, les eglises, 
memc monastiques, conservent quelque chose du morcellement de la 
Divinite antique. En voyant les nombreuses sculptures romanes qui deco- 
rcnt nos monuments occidentaux, on ne sait trop comment rattacher ces 
imageries a une idee communeLes traditions locales, le saintvenere, les 
tendances ou l'histoire des populations, dirigent le sculpteur. L'Ancien et 
le Nouveau 'l'estamei1t se melent aux legendes. Si nous visitons une eglise 
clunisienne, nous voyons que saint Antoine, saint Benoit, l'archange 
Michel, jouent un rüle important dans l'iconographie; on retrouve ces 
personnages partout, en dedans et en dehors, sans qu'il soit possible 
d'assigner un ordre hierarchitlue a ces representations. Tout cela est entre- 
mele de figures d'animatix bizarres, et nous ne croyons pas que la sym- 
bolique romane puisse jamais etre claire pour nous, puisque saint Ber- 
nard lui-meme traitait la plupart de ces sculptures de monstruosites 
miennes. Admcttant, si l'on veut, que la fantaisie de l'imagiex' n'ait pas 
lite pour beaucoup dans le choix des sujets, toujours est-il que chaque 
eglise, sauf certaines rcpresentations invariables, possede son iconogra- 
phie propre. 
Avec la cathedrale de la {in du xuc siecle, surgit l'iconographie metho- 
dique, et, pour en revenir a notre comparaison musicale, chaque sculpteur, 
en faisantsa partie, concourt a l'ensemble harmonique; il est astreint a 
certaines lois dont il ne sccarte pas, comme pour laisser a la symphonie 
sa parfaite unite. 
Beaucoup (Feglises cathedrales, avant cette grande epoque de l'art 
franqais, se composaient de plusieurs eglises et oratoires. Comme premier 
pas vers Funite, les eveques qui reconstruisent ces monuments, aux xuc 
et Xllle siecles, englobent ces eglises et ces chapelles dans la "grande 
construction; puis ils adoptent une iconographie dont nous allons essayer 
de prescnter sommairement le vaste et magnifique tableau. Disons d'abord 
que les cathedralcs qui nous donnent un ensemble de sculptures a peu 
pri-s complet sont les cathedrales de Paris, de ltcims, ditlmiens et de 
Chartres, toutes les quatre dediees a la sainte Vierge. 
Trois portes s'ouvrent a la base de la facade orientale. Sur le trumeau 
de la porte centrale est place, debout, benissant de la droite et tenant 
VEvangile de la main gauche, le Christ homme 1; ses pieds reposent sur le 
lion et le dragon. Les douze apotres sont ranges des deux cotes contre 
les ebrasements "l. Sur le socle du Christ est la figure de David 3, ou les 
propbetes qui ont annonce sa naissance, et les Arts liberaux 4 en bas relief. 
Sous les apotres sont sculptes, en bas-relief, les Vertuset les Vices, chaque 
1 Paris, Amiens, portail 
septentrional.  2 Irleln. 
3 Amiens. 
4 Paris. 
princip-"ll; 
Chartros, 
portail 
nxdridional ; 
Reims, 
portail
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.