Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Arts-Chapiteau]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1106011
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1110086
CATUEDRALE 
386 
nellement vrais, pour se les approprier et les transformer. Au xvr siecle, on 
s'empara de 1a forme antique, sans se trop soucier du fond. C'est donc une 
erreur, nous le croyons, de presenter, comme quelques ecrivains de notre 
temps ont voulu le faire, l'architecture nee au X110 siecle comme une sorte 
de deviation de l'esprit humain; deviation brusque, sans relations avec ce 
qui a precede et ce qui doit suivre. Si l'on prend la peine d'etudier serieu- 
sement cet art, en mettant de (acte ces reproches banals engendres par 
la prevention, repetcs par tous les esprits paresseux, on y trouvera, au 
contraire, developpes avec une grande energie, les elements de ce que 
nous appelons nos conquetes modernes, l'ordre general avec Findepen- 
dance individuelle, l'unite dans la ifariete; l'harmonie, le concours de 
tous les membres vers un centre commun; la science qui s'impose il la 
forme, la raison qui domine la matiere; la critique enfin, pour nous 
servir d'un mot de notre temps, qui vent que la tradition et l'inspiration 
soient soumises ä certaines lois logiques. Et ce n'est pas seulement dans la 
combinaison geometrique des lignes de l'architecture ogivale que nous 
trouvons l'expression de ces principes, c'est encore dans la sculpture, dans 
la statuaire.  
Uornementation et l'iconographie de nos grandes cathedrales du Nord 
se soumettentii ces idees d'ordre, d'harmonie universelle. Ces myriades 
de figures, de bas-reliefs qui (leeorent la catiufdrale, composent un cycle 
encyclopedique, qui renferme non-seulement toute la nature creee, mais 
encore les passions, les vertus, les vices et l'histoire de Phumanite, ses 
connaissances intellectuelles et physiques, ses arts et mente ses aspirations 
vers le bien absolu. Le temple grec est dedie au culte de Minerve, ou de 
Neptune, ou de Diane; et, considcranl ces (livinites au point de vue 
mythologique le plus eleve, on ne peut (llSCOl1V611ll' qu'il y a 1a comme un 
morcellement de la Divinite. Le temple de ltlinerve est a Minerve seule; 
son culte ne satisfait qu'a un ordre d'idees. Le Grec qui (lesire se rendre 
IJFOpiUCS les divinitcfs, dest-a-dire la puissance surnaturelle maitresse de 
l'univers et de sa propre existence, doit aller successivement sacrifier a la 
porte des douze dieux de FOlympe; il ne peut, a son point de vue, croire 
qu'un sacrifice fait stem-es pour obtenir de bonnes reeolles lui rendra 
Neptune favorable, s'il doit faire un voyage sur mer. 
Nous admettons volontiersque les grands esprits du paganisme voyaien l, 
dans les diffeifents mythes qu'ils adoraient, les (IUitlllÜS diverses et person- 
nifiees d'une puissance divine; mais, enfin, il fallait une maladie pour 
chacun de ces mythes. L'harmonie moderne ne pouvait entrer dans le 
cerveau d'un Grec; elle n'avait pas de raison (Pexisler; au contraire, tout 
la repoussait. Avec le christianisme, Fidee du morcellement des (Iualites 
de la Divinite disparait; en priant, le chretien implore la protection de 
Dieu pour lui, pour les siens, pour ce qu'il possede, pour Fhumanile tout 
entiere; son Dieu embrasse l'univers sous son regard. Or cette idee ehre- 
tienne, chose singuliere, nous ne la voyons materiellement developpee 
qu'au XII" siecle. Il semble que jusqufi ce reveil de l'esprit moderne, la
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.