Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Arts-Chapiteau]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1106011
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1110068
l eivrnrioaate ]  335 - 
qui pouvaient se diviser a l'infini. Il n'en est pas ainsi de l'architecture 
qui nait au xne siecle : fille du rationalisme moderne, chez elle le calcul 
prccede l'application de la forme; bien plus, il la commande, il la soumet; 
si, par un besoin naturel a l'homme, il veut qu'elle soit belle, il faut que 
ce soit suivant la loi d'unite. 
En entrant dans le domaine d'un autre art, nous pourrons peut-etre 
nous faire mieux comprendre... L'architecture antique, c'est la melodie; 
l'architecture du moyen fige, c'est l'harmonie. L'harmonie, dans le sens 
que nous attachons a ce mot, dest-a-dire l'arrangement et la disposition 
des sons simultanes, etait inconnue chez les anciens Grecs; fantiphonie, 
au temps d'Aristotc, elait seule pratiquce, dest-a-dire les octaves produites 
par des voix (Vhommes et de femmes ou d'enfants chantant la ineme 
melodic. Ce ne fut que pendant les premiers siecles de notre ere que 
l'usage des quartes et des quintes fut admis dans la musique grecque, et 
encore Fechelle tonale de ses modes se pretait si peu aux sons simultanes, 
que la pratique de Fharmoiiie etait herissec de diflicultes et son emploi 
fort restreint. M. Vincent  maigre des efforts perseverants pour decou- 
vrir les traces (le l'harmonie chez les Grecs, n'a encore pu arriver aaucun 
resultat concluant. 
Dans Feglise latine, au contraire, l'harmonie n'a cesse de prendre (les 
developpements rapides, et c'est principalement au moyen age qu'il faut 
rapporter l'invention et Fetablissement des rbgles qui ont cleve cet art 
a la plus merveilleuse puissance. 
Des Yepoque de Gharlcznagne, on trouve des traces de l'art de com- 
binerles sons simultanes, et cetartsappelleorgunum, ars orgzznandi. Il etait 
reserve a Hllgllilltl, moine de Satint-Amand au xe siecle, de donner une 
grande impulsion a Fharnionic, en etablissant des regles fixes et feeondes. 
Aux diaphonies a mouvements semblables suceeda, au x18 sieele, la dia- 
phonie a mouvements contraires et a intervalles varies, comme le prouvent 
les ouvrages de Jean Cotton et d'autres auteurs. Enfin, [Jendant les X110 et 
Xmc sieeles, l'harmonie s'enrichit successivement de tous les accords qui 
forment la base de la composition musicale moderne; et les traites de 
Jean de Garlande, de Pierre Picard, de J erome de Moravie, etc., prouvent 
surabondaminent l'emploi, dans la symphonie, (les tierces, des quartes, 
des quintes, des sixtes, (les septiemes menie, la resclntion des intervalles 
dissonants sur des consonnanees par mouvement contraire; et bien plus 
encore, l'existence des notes de passage, du contre-point double et des 
imitations 2. 
Or, slil est deux arts qui peuvent etre compares, ce sont certainement la 
1 MCIIIDPO de l'institut. 
2 Si l'on doute dc nos assertions, on peut consulter Fcxculluut ÜÜYPilgO du M. du 
Guusscmakcr sur cette matibrc, et les travaux de M. Fdlix Cldment, qui a bien 
voulu nous fournir tous ces renseignements scientifiques. {Yoga les Annales arclzdoli du 
M. Didrun.)
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.