Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Arts-Chapiteau]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1106011
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1109986
(JATHEDRALE 
376 
l'ensablement de son port. La cathedrale resta inachevee; les transsepls 
ne furent meme pas eleves l. La construction de ce vaste choeur est admira- 
blement traitee par un homme savant et connaissant parfaitement toutes 
les ressources de son art. Il semble meme qu'on ait voulu, avant tout, a 
Narbonne, faire preuve de savoir. Les chapiteaux des piles sont comple- 
tement depotirvus de sculpture; le triforium est d'une simplicite rare; 
mais, en revanche, Yageneementdes arcs, les penetrations des moulures. 
les profils, sont cxecutes avec une perfection qui ne le cede a aucun 
de nos edifices du Nord. Les voütes sont admirablement appareillces et 
construites. Celles des chapelles et des bas cotes qui recoivcnt, comme a 
Limoges etit Clermont, un (lallage presque horizontal, ont 0'",L10 (Fepais- 
seur et sont maconnees en pierres dures. L'ensemble de la construction, 
bien pondere, dont les poussecs et les butccs sont calcule-es avec une 
adresse incompztrable, n'a pas fait le moindre mouvement; les piles sont 
restees parfaitement verticales. L'architecte, afin de ne pas affaiblir ses 
points d'appui principaux par les passages des galeries, a fait tourner le 
murexterietir du triforiunl autour des piles (voy. A  RELIGIEUSE, 
fig. 38). Cette meme disposition se retrouve egalementa la cathedrale de 
Limoges. Mais outre la grandeur de son plan, ce qui donne a la cathedralc 
de Narbonne un aspect particulier, c'est la double ceinture de creneatix 
qui remplace les laalustrades sur les chapelles, et qui reunit les culees des 
ares-boutants terminees en formede tourelles (voy. Anc-aoirixxna; fig. 65). 
(l'est qu'en effet cette abside se reliait aux fortifications de larchevtlehe. 
et contribuait, du cote du nord, a la defense de ce palais (voy. lhxnxis 
EPISCOPAL). (Yctait, dans les villes du Midi, un usage frcquent de fortifier 
les cathedrales. Celle de Beziers, outre ses fortifications de la lin du 
xiue sieclc, laisse voir encore des traces nombreuses de ses fortifications 
du xnc. La partie de la cathedrale de Garcassonne qui date du x1" sieelc 
se reliait aux fortifications de la cite. 
An xIv" siecle, nous voyons encore les archevcqiles d'Alby' elever une 
cathedrztle qui prcscnte tousles caracleres d'uneforteresse. Ce fait n'a rien 
d'extraordinaiire, quand on se rappelle les guerres feoclales, religieuses et 
politiques qui ne cesseront de bouleverser le Languedoc pendant les x11", 
xm" et XlVe siecles. Pour en revenir a la cathetlrale de Narbonne, on remar- 
quera la disposition neuve et originale des chapelles nord du choeur. 
laissant entre elles et le collateral un etroit bas cote qui produit un grand- 
clfct, en donnant a la construction beaucoup de lcgcrete, sans rien oter 
de la solidite. Il est vraisemblable que cette tlisposition devaitetrezttloptet- 
' Un des nrcliewfeqncs clc Nnrhonne, pendant lu dernier SiL-cle, voulut reprendre celle 
construction ct elcvcr Fdgiisc un moins jnsqlffl In prcniibrc trzlvdc en avant du transrepl; 
l'entreprise fut bienlüt suspendue. Les constructions, reprises de nouveau il y a (luinze 
ans, n'ont fait qu'ajouter quelques assises i: celles laissäcs en attente il la fin du XVIIIÜ siäcle. 
Dans noire plan, la ieinte grise Indique les rnnstrnrlions dernieres, et lc trait, le projet 
probabhf.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.