Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Arts-Chapiteau]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1106011
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1109805
CATHEDRALE 
358 
soixante ans apres sa construction; le ehmur eleve vers 4230, et presque 
entierement detruit par un incendie, dut etre repris, vers 1260, de fond en 
comble, sauf la chapelle de la Vierge, que Fonjugea pouvoir etre conser- 
väe. Le maitre de l'oeuvre du chcnur, ne se fondant que sur des maQonne-_ 
ries tries-insuffisantes, avait cherche, par Fextreme legerete de sa construc- 
tion, a diminuer le danger d'une pareille situation; et en ne considerant 
meme le chceur de la cathedrale de Seez qu'a ce point de vue, il merite- 
rait d'etre etudie. Les chapelles profondes absidales, presentant des 111urs 
rayonnants etendus, se pretaient d'ailleurs a une construction legere et 
bien empattee. En effet, les travees interieures du sanctuaire sont d'une 
legerete qui depasse tout ce qui a ele tente en ce genre (voy. TRAVEE), et 
la construction en elevation est des plus savantes; cependant rien ne peut 
remplacer de bonnes fondations. Vers la fin du XIVÜ siecle, on crut neces- 
saire de renforcer les contre-forts exterieurs du chmur; mais ces adjonc- 
tions, mal fondees elles-memes, contribueront encore, par leur poids, 
a entrainer la legere batisse du X1118 siecle, qui ne fit, depuis lors, que 
s'ouvrir de plus en plus. Au commencement de notre siecle, les grandes 
voütes du sanctuaire s'ecroulerent ; il fallut les refaire en bois. 
La faeade de la eathedrale de Seez est couronnee par deux tours avec 
fleehes elevees au commencement du xme siecle et reparees ou reprises 
pendant les XIVÜ et xv". (les tours, ainsi que toute la nef, ont fait de tres- 
serieux mouvements, par suite de l'insuffisance des fondations. C'est 
aujourd'hui un monument fort compromis 1. 
Nous ne quitterons pas la Normandie, sans parler des cathedrales de 
Bayeux et de Goutances. 
La cathedrale de Bayeux, dont nous donnons le plan (fig. 37), est un 
edifice du X111" siecle ente sur une eglise du X110; et de Peglise du XIIB siecle 
il ne reste que les piles, les archivoltes et les tympans du rez-de-chaussee 
de la nef. Comme au Mans, comme a Seez, les transsepts sont simples, sans 
collateraux; a Bayeux, deux chapelles tres-peu profondes, dont nous trou- 
vons egalement la trace dans le mur oriental du croisillon sud de la cathe- 
drale de Seez, souvraient, a l'est, sur les deux transsepts nord et sud. 
C'est u un dernier souvenir des chapelles romanes des transsepts nor- 
mands que l'on voit developlaees dans le plan primitif de la eathedrale du 
Mans (fig. 311). A Bayeux encore, dans le plan du choeur du X1110 siecle, on 
voit les deux tours normandes (sur une petite eehelle, lauisqifelles ne con- 
tiennent que des escaliers) qui "terminaient la serie des chapelles carrees 
avant les chapelles absidales 2. Sur la facade, deux grands clochers romans 
1 De funestes restaurations furent entreprises sur la fagado et autour de la nef de la 
eathädrule de Seez, de 4818 51 18119; elles n'ont fait, qffempirer un etat de choses dejä 
fort dangereux. Des travaux executes avec intelligence et soin depuis cette epoque par 
M. Ruprieh-Robert permettent dlisperei- que ce remarquable edifice pourra Ütre sauve 
de la ruine dont il est menace depuis longtemps. 
2 Voyez le plan du premier etnge de la cathedrale de Chzu-tres, oü ce parti est large- 
ment (leveloppe.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.