Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Arts-Chapiteau]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1106011
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1109522
[ mvrniiiiicxtn ]  330   
jet, dix ans environ avant cellc (le licims, prescrite une construction plus 
legere, mieux entendue. Alieims, non-seulement dans le plan etles parties 
interieures de Fedifice on retrouve encore quelques traces des traditions 
romanes; mais dans la coupe de la nef il y a un luxe (Fepaisscui; de piles 
qui indique, chez les constructeurs, une certaine apprehension. A Reims 
(voy, fig. la), les arcs-boutants sont places trop haut: on ne comprend 
pas, par exemple, (pielle est la fonction du deuxieme arc. Le triforium 
est petit, mesquin; les arcs-doubleanx, afin de diminuer la poussee des 
voütes, sont trop aigus, et prennent par eonsequent trop de hauteur; 
leur importance donne de la lourdeura la nef principale: il semble que 
ces ventes, qui occupent une enorme surface, vous etouffent. La construc- 
tion preoccupe. Dans la nef d'Amiens, au contraire, on respire a l'aise ; a 
peine si l'on songe aux piles, aux constructions; on ne voit pas, pour ainsi 
dire, le monument: c'est comme un grand reservoir d'air ct de lumiere. 
Bien que la cathedrale de Reims soit un edilice ogival, on y sent encore 
l'empreinte du monument antique; que cette influence soit due au gcnie 
de ltobert de Coucy, ou aux restes ctedifices romains repandus sur le sol 
de lteims, elle n'en est pas moins sensible. La cathedrale d'Amiens, 
comme plan ct comme structure, est Feglise ogivale par excellence. En 
examinant la coupe (fig. 20), on n'y trouve nulle part lexces de force 1. 
Les piles des bas cotes, plus hautes que ccllcs de Iieims, ont pres d'un 
tiers de moins (Yepaisseur. Le triforium B est clance et permctde donner 
aux combles des bas cotes une forte inclinaison. Les ares-boutants sont 
parfaitement places de faeon a contre-buter la grande voüte. La charge 
sur les piles inferieures est diminuee par Fevidement des contre-forts 
adosses aux piles superieures; les arcs-doubleaux sont moins aigus que 
ceux de Rcims. 
On ne voit plus, au sommet de la nef d'Amiens, cette masse enorme de 
maeonnerie, qui n'a d'autre but que de charger les piles afin d'arreter 
la poussee des voüies. Ici toute la solidite reside dans la disposition des 
arcs-boutants et Fepaisseur dcs culees ou contre-l'ortsA  Cependant cette 
nef, dont la hauteur est de h2"',50 sous clef, et la largeur d'axe en axe 
des piles de lltm,60, ne s'est ni deformee, ni deversce. La construction 
n'a subi aucune alteration sensible; elle est faite pour durer encore des 
siccles, pour peu que les moyens (Yecoulement des eaux soient maintenus 
en bon etat. A Amiens, les murs ont disparu; derriere la claire-voie du tri- 
forium, en C, ce n'est qu'une cloison de pierre, rendue plus legere encore 
pas des arcs de decharge; sous les fenetres basses en D, ce n'est qu'un 
appui evidc par une arcature; au-dessus des fenetres superieures, en E, il 
n'y a qu'une corniche et un cheneau : partout entre la lumiere. Les eaux 
du grand comble s'ecoulent simplement, facilement et par le plus court 
chemin, sur les chaperons des arcs-boutants superieursCelles recuesparles 
combles des collateraux sontdeverseesa droite et a gauche des contre-forts 
au mot Ancm 
[ECTURE nuucususu, Hg. 
klu cette coupe. 
35, un Ulläülllblc pcrspcclii
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.