Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Arts-Chapiteau]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1106011
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1109485
CATÜEDRALE 
326 
ete percee au bas du pignon et la rose-superieurc ouverte. Ce ne fui 
guere qu'en 4'238, lorsqu'une nouvelle impulsion fut donnee aux travaux 
par Feveque Arnoult, que l'on songea a terminer la facade occidentale. 
Mais deja, probablement, on pressentait fepuisement des ressources, si 
abondantes pendant le regne de Philippe-Auguste, et les projets primitifs 
furent restreints. L'examen de Fedifice ne peut laisser de doutes a cet 
egard. 
En jetant les yeux sur le plan (fig. 19), nous voyons une ligne EF tiree 
parallelement au pignon du portail: c'est la limite de l'arrachement de 
l'ancienne facade projetee, contre lequel on estvenu plaquer le portail 
actuel. De cette modification au projet primitif, il resulte que les deux 
tours G, H, au lieu d'etre elevees sur un plan carre comme toutes les tours 
des cathedrztles de cette epoque, sont barlongues, moins epaisses que 
larges; ce ne sont que des moities de tours dans toute leur hauteur, 
et les deux contre-forts qui devaient se trouver, lateralement, dans les 
milieux de ces tours, sont devenus contre-forts d'angles.ll est une preuve 
certaine de cette modification apportee au projet de Robert de Lu- 
zarches; les fondations existent sous le perimetre total des tours telles 
qu'elles sont indiquees sur le plan presente ici. De la facade primitive, il 
ne reste que le trumeau et les deux pieds-droits de la porte centrale, 
sur lesquels sont sculptees les vierges sages et folles, et l'entourage de la 
grande rose percee sous la maitresse voüte. Les trois porches. si remar- 
quables d'ailleurs,les pinacles qui les surmoutcnt, la galerie ajour et la ga- 
lerie des rois, datent de 12110 environ, ainsi que l'otage inferieurdes tours. 
Quant aux parties superieures de ces tours et a la galerie entre elles deux, 
ce sont des constructions successivement (Elcvces pendant le xivesiecle. Ce 
fut aussi pendant le XlVe siecle que l'on ferma les parties superieures des 
pignons des deux transsepts qui probablement etaient restees inacbevees, 
et que l'on construisit deschapelles entre les contre-forts de la nef, 
adjonction funeste a la conservation de Yedificc et quicletruisitfunite et la 
grandeur de cet admirable vaisseau. Le XIY" siecle vitencorc executer les 
balustrades superieures du chmur et de la nef. Les balustrades des cha- 
pelles et les meneaux des deux roses occidentale et meridionale, la conso-  
lidation de la rose septentrionale furent entrepris au commencement du 
XVIÜ sieele. Le clocher central de pierre et charpente, pose surles quatre 
piliers de la croisce, SOUS Pepiscopat d'Arnoult, vers 12110, fut detruit par 
la foudre le 15 juillet 1527. On craignit un instant que le sinistre ne 
s'etendit a toute la cathedrale; heureusement les progres du feu furent 
promptement arreles, grftce au devouemcnt des habitants d'Amiens. 
Ce fut en 1529 que fut reconstruite la fleche actuelle, en charpente 
recouverte de plomb, par deux charpentiers picards, Louis Cordon et 
Simon Taneau (voy. Fttcun).  
Nous avons dit que Robert de Luzarches avait pu voir non-seulement 
les fondations de sa eathedrale, mais aussi quelques metres du pignon du 
traussept sud, eleves au-flessus du sol. En effet, le portail perce a la base
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.