Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Arts-Chapiteau]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1106011
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1109473
325 
CATHEDRALE 
alin de ne pas interrompre! le culte. En 1223, Fevtäque Evrard mourut ; 
les fondations etaient achevees sous la nef, et probablement le pignon 
du transsept sud etait eleve de quelques metres an-dessus du sol. Sous 
Fepiscopat du successeur de Veveque Evrard, Geoifroy d'Eu, nous voyons 
deja les travaux confies a un second architecte, Thomas de Cormont. 
Robert de Luzarches n'avait pu que laisser les plans de Pedilitre qu'il avait 
l'onde.Le second maitre de l'oeuvre eleva les constructions delanef jusqifa 
la naissance des grandes voütes; nous zirrivons alors a Yannee 1228. Son 
lils, Renaud de Gormont, continua Fmuvre et passe pour l'avoir achevee 
en 1288, ce qui n'est guere admissible, si nous observons les (lilferenees 
profondes de style qui existent entre le rez-de-chaussee et les parties 
hautes du choeur. En 1237, Feveque Geotfro5f mourut; son successeur 
Arnoult termina les voütes de la nef et fit elever sur lapartie centrale de 
la croisee une tour de pierre surmontee d'une fleche de bois et plomb. Ce 
fut probablement aussi cet eveque qui fit elever les chapelles du choeur  
En 12Li0, Yeveque Arnoult avait pousse les travaux avec une telle activite, 
que les fonds etaient epuises; il fallut suspendre les constructions et 
amasser de nouvelles sommes. En 1258, un incendie consuma les char- 
pentes des chapelles de l'abside ; on voitparfaitement, encore aujourd'hui, 
les traces de ce sinistre au-dessus des voütes de ces chapelles. Ce desastre 
dut contribuer encore a ralentirfachevement du chceur. Il est certain 
que le triforium de l'abside, et par consequent toute Foxuvre haute, 
ne fut commence qifapres cet incendie: car, sur les pierres calcinees 
en 1258, sont posees les premieres assises parfaitement pures de ce 
triforium. Les successeurs d'Arnoult, Gerard ou Evrard de Couchy et 
Aleaume de Neuilly, ne purent que reunir les fonds necessaires a la 
continuation des travaux. A Amiens, comme partout ailleurs, les popu- 
lations montraient moins d'empressement a voir terminer le monument 
de la cite; on mit un temps assez long a recueillir les dons necessaires 
ä Pac-hevement du choeur, et ces dons ne furent pas assez abondants 
pour permettre de deployer dans cette construction la grandeur et le luxe 
qu'on trouve dans la nef et les chapelles absidales. En 1269, cet eveque 
faisait placer les vierrieres des fenetres hautes du chcrfurü, et son suc- 
cesseur, Guillaume de Macon, en 1288, mit la main aux voütes et parties 
superieures du chevet. En construisant la nef, de 1220 a 1'228, on 
flvait voulu clore, avant tout, le vaisseau, et l'on ne s'etait pas preoc- 
cupe de la facade laissee en (lwflülläiltällf. La porte centrale seule avait 
1 u  Le uecrologe du chapitre. en In fondation de Tobit de cet cvesque le faicl 
u origeuaire de la ville d'Amiei1S, fort debounaire et de grande estudc, et croyrois que 
(1 c'est luy qui gisl en marbre noir, tout au plus haut, s'il faut ainsi dire, de Feglise, 
K YiS-ü-ifis de la chapelle paroissiale (la chapelle de la Vierge dans l'axe), justement der- 
u riere le chmur, en memoii-e qu'il acheva la summite (l'icelle..... n (Adrieu de la Mor- 
liüre, chanoine, Antiquile: de la ville 1l'Amz'ens, 1627.) 
2 Uiiiscriptioll qui constate ce fait existe encore sur la verriere haute situee dans Pave 
du 
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.