Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Arts-Chapiteau]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1106011
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1109391
 317  L (IATHEDRALE ] 
Si nous comparons ce plan avec ceux de Notre-Dame de Paris, des 
eathedrales de Bourges, de Noyon, de Laon et de Cbztrtres, nous serons 
frappes de liepaissetir proportionnelle des constructions formant le peri- 
metre de Fedifiee. C'est que Itobert de Coucy appartenait a une ccole de 
Constructeurs robustes, que cette ecole s'etait elevee dans un pays ou la 
pierre est abondante; c'est, bien plus encore, que Robert avait coneu un 
edifice devant atteindre des dimensions colossales. La batisse avait E1 peine 
atteint la hauteur des basses nefs, que l'on dut renoncera executer dans 
tous leurs developpemcnts les projets de Robert; qu'ilf'allut faire certains 
sacrilices, probablement a cause de l'insuffisance reconnue des ressources 
futures. Le plan du premier etage de la cathedrale- de RCllTlS est loin de 
repondre a la puissance des soubassements. Cependant il est certain que 
l'on suivit, autant que possible, en diminuant le volume des points d'ap- 
pui, les projets primitifs; et il faut une attention particuliere, et surtout 
la connaissance des constructions de cette epoque, pour reconnaitre ces 
changements apportes aux plans de Robert de Coucy. Nous essayerons 
lüutefois de les rendre saisissables pourtout le monde, car ce fait ne laisse 
pas d'avoir une grande importance pour l'histoire de nos cathedrales, 
d'autant plus qu'il se reproduit partout 51 cette epoque. 
Voici d'abord (fig. llu)u1l1e coupe transversale de la nefde la catheilrale 
de Reims. Il est facile de reconnaitreque les contre-forts, dans la hauteur 
1111 collateral, ont tinepilissance, une saillie que ne motive pas la legcrete 
(16121 partie superieure recevant les arcs-boutants; on sera plus frappe 
encore de la difference de force qu'il y a entre les parties inferieures et 
Sllpcrieilres de ces contre-forts, en examinant la vue perspective exterieure 
d'un contre-fort de la nef (fig. 15). Dansla construction des deux pignons 
des transsepts, la difference entre le rez-de-chaussee et les otages supe- 
Heurs est encore plus marquee. Robert de Couey avait probablement 
projete, sur ce point, des tours dont il fallut reduire la hauteur par des 
raisons d'economie. Une observation de detailvient appuyer la conjecture 
(PUHG modification dans les projets. Le larmier du couronnement des 
corniches qui passent au niveau des bas cotes devant les contre-forts des 
i-Pilllssepts et du choeur est muni de petits repos horizontaux, espaces les 
uns des autres de 0112110 2101-350, qui forment comme des creneaux, et 
que Villard de Honnecourt, contemporain et ami de Robert de Coucy, 
appelle, dans ses curieuses-notes, des crfitiaus reserves surla pente des lar- 
rniers pour permettre aux ouvriers de circuler autour des contre-forts 
51 Yexterieur (fig. 16). Cela est fort ingenieux et bien entendu, puisque la 
Pente des larmiers ne permettrait pas, sans ce secours, de passer devant 
les parements: des contre-forts a toutes hauteurs. Or, ces cretiaus dont 
Päfle Villard n'existent que sur les larmiers couronnant le rez-de- 
ehaussee. Robert de Coucyeüt cependant, s'il eütcontinuefoeuvre, reserve 
it plus forte raison des passages semblables dans les parties elevees de Pedi- 
ÜCG; maisles parements qui se dressent au-dessus de ceslarmiers a cretiaus, 
au lieu dülffleurerbarete superieuredtilit du larmier, ainsique l'indique
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.