Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Arts-Chapiteau]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1106011
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1109377
GATHEDRALE 
du portail qui etait reste inacheve, et l'on dressa la gracieuse cloture du 
choeur que nous voyons encore aujourd'hui, et qui seule a resiste en partie 
aux mutilations que les chanoines firent subir au sanctuaire pendant le 
dernier siecle. Toutes les verrieres de cet edifice sont de la plus grande 
magnificence et datent duxlnesiecle, sauf celles des trois fenetres du por- 
tail occidental, qui furent replacees avec leurs baies et qui proviennent 
de Feglise du xne siecle. 
Guillaume le Breton avait raison lorsque, en 1220, il disait que la Cathe- 
drale de Chartres n'avait plus rien a craindre du feu. En 1836, un terrible 
incendie consuma toute la charpente superieure et le beau beffroi du clo- 
cher vieux (voy. Blsrrnol). La vieille cathedrale put resistera cette epreuve ; 
elle est encore debout telle que les constructeurs du xlnesiecle nous l'ont 
laissee; elle demeure comme un temoin de Yenergique puissance des arts 
de cette epoquc; et, du haut de la colline qui lui sert de base, sa male 
silhouette, qui de neufileches n'en possede que deux, est une cause d'eton- 
nement et d'admiration pour les etrangers qui traversent la Beauce. 
Nous ne trouvons plus ätChartres la galerie superieure voütee; un 
simple triforium, decore d'une arcature, laisse une circulation inte- 
rieure tout au pourtour de la catliedrale, derriere les combles en appentis 
des bas cotes. Cette eglise, la plus solidement construite de toutes les 
cathedrales de Francel, ne presente, dans sa coupe transversale, rien qui 
lui soit particulier, si ce n'est la disposition des arcs-boutants (vioy. ARC- 
BOUTANT, fig. 511) .1 
_Aün de conserver un ordre logique dans cet article, nous devons, quant 
51 present, laisser de cote certains details sur lesquels nous aurons a revenir, 
Ct poursuivre notre examen sommaire des cathedrales elevees au com- 
mencement du xnrf siecle. JusquTi present nous avons presente des lulans 
dans lesquels il se rencontre des indecisions, destatonnements, l'empreinte 
de traditions anterieures. A Ghartres meme, les fondations de Feglise de 
Fulbert et la conservation des vieux clochers ne laissent pas aux arcl1i- 
tectes toute leur liberte. 
En 1211, l'ancienne cathedrale de Reims, batie par Ebou, etqui datait 
du 1x9 siecle, fut detruite de fond en comblepar un incendie. Cette eglise 
etait lambrissee, et alfectait probablement la forme d'une basilique. Des 
Pannee suivante, en 1212, Alberic de Humbert, qui occupait le siege ar- 
chiepiscopal de Reims, posa la premiere pierre de la cathedrale actuelle; 
l'oeuvre fut conliee a un homme dont le nom nous est reste, Robert de 
Coucy. Si le monument etait champenois, l'architecte ctait d'une ville 
voisine du domaine royal; il ne faut pas oublier ce fait. Le plan coneu par 
Robert de Coucy etait vaste, etabli sur des bases solides. Cet architecte 
1 La cathädrale de Chartres est hätie de pierre de Berchbres : c'est un calcaire dur, 
grossier d'aspect, mais d'une soliditd 51 toute Gprcuve. Les blocs employäs sont d'une 
grandeur extraordinaire. Nous aurons l'occasion de revenir sur ces dätails. (Voy- ARC- 
BOUTANT, BASE, CONSTRUCTION, PORCHE, SOUBASSEMENT.)
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.