Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Arts-Chapiteau]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1106011
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1109060
L CATHEDRALE  23h  
attribuer cela a un refroidissement religieux? Nous ne le pensons pas; la 
nation, sentant desormais un pouvoir superieur a la feodalite, portait ses 
regards vers lui, et nüäprouvait plus le besoin si vif, si pressant, d'elever 
la cathedrale en face de la forteresse feodale. 
A la {in du XIIIÜ siecle, celles de ces vastes constructions qui etaient 
tardivement sorties de terre n'arriverent pas a leur developpement, elles 
sarreterent tout a coup; si elles furent achevees, ce ne fut plus que par 
les efforts personnels düäveques ou de chapitres qui employerent leurs 
propres biens pour terminer ce que Fentrainement de toute une popula- 
tion avait permis de commencer. Il n'est pas une seule cathedrale qui ail 
etc finie telle qu'elle avait ete projetee, et cela se comprend: la periode 
pendant laquelle les grandes cathedrales eussent du ctre concues et 
elevees, celle pendant laquelle leur existence est pour ainsi dire un besoin 
imperieux, l'expression d'un desirnational irresistible, est comprise entre 
les annees 1180 et 12110. Soixante ans! Si l'on peut s'etonner d'une 
chose, c'est que, dans ce court espace de temps, on ait pu obtenir, sur  
tout un grand territoire, des resultats aussi surprenants; car ce n'etait 
pas seulement des manoeuvres qu'il fallait trouver, mais des milliers 
d'artistes qui, la plupart, etaient des hommes dont le talent d'cxecution 
est pour nous aujourd'hui un sujet d'admiration. 
Tel etait alors, en France, le besoin d'agrandir les cathedrales, que, 
pendant leur construction meme, les premiers travaux deja exccutes en 
partie furent parfois detruits pour faire place a desiprojets plus grandioses. 
En dehors du domaine royal, le mouvement n'existe pas, et ce n'est que 
plus tard, vers la fin d11 XIIIB siecle, lorsque la monarchie eut a peu pres 
reuni toutes les provinces des Gaules a la France, que l'on entreprend la 
reconstruction des cathedrales. C'est alors que quelques diocesesrempla- 
cent leurs vieux monuments par des constructions neuves elevees sur des 
plans sortis du domaine royal. Mais ce mouvement est restreint, timide, 
et il sarrete bientot par suite des malheurs politiques du xive siecle. 
A la mort de Philippe-Auguste, en 1223, les principales cathedrales 
comprises dans le domaine royal etaient celles de Paris, de Chartres, de 
Bourges, de Noyon, de Laon, de Soissons, de Meaux, d'Amiens, d'Arras, 
de Cambrai, de Rouen, d'Evreux, de Seez, de Bayeux, de Coutances, du 
Mans, d'Angers, de Poitiers, de Tours; or, tous ces dioceseiavaient rebati 
leurs cathedrales, dont les constructions etaient alors fort avancecs. Si 
certains dioceses sont politiquement unis au domaine royal et se recon- 
naissent vassaux, leurs cathedrales s'elevent rapidement sur des plans 
nouveaux comme celles de la France. Les dioceses de Reims, de Sens, de 
Chalons, de Troyes en Champagne, sont les premiers a suivre le mouve- 
ment. En Bourgogne, ceux d'Auxerre et de Nevers, les plus rapproches 
du domaine royal, reconstruisent leurs cathedrales; ceux d'Autun et de 
Langres, plus eloignes, conservent leurs anciennes eglises elevees vers le 
milieu du x11" siecle. 
Dans la Guyenne, restee anglaise, excepte Bordeaux, qui tente un effort
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.