Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Arts-Chapiteau]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1106011
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1108667
BRET1 
IlJllE 
211 h 
on ne cherche a imiter que les fleurs ou feuilles epanouies (voy. FLORE). 
On designe aussi par bouton une pomme de fer ou de bronze qui, citant 
fixäc aux vantaux des portes, sert a les tirera soi pour les fermer. Pendant 
le moyen äge, les vantaux des portes sont plutot garnis d'anneaux que 
de boutons; cependant, vers la {in du XVe siecle, l'usage des boutons de 
porte n'est pas rare; ils sont generalement composes d'un champignon 
de fer forge, sur le disque duquel on a rapporte des plaques de tole 
decoupee et formant, par leur superposition, des dessins en relief et fi 
plusieurs plans. (Voy. SERRURERIE.) 
 BRAIE, s. f. (braye). C'est un ouvrage de dcfense eleve en avant d'un 
front de fortification, laissant entre le pied des murailles et le fosse une 
circulation plus ou moins large, servant de chemin de ronde, et destine 
51 empecher Passaillant d'attacher le mineur. Les braies etaient le plus 
souvent un ouvrage palissade, renforce de distance en distance d'echau- 
guettes propres a proteger des sentinelles. Lorsque l'artillerie afeu fut 
employee a l'attaque des places fortes, on eleva autour des courtines, des 
boulevards ou bastions, des murs peu eleves, des parapets au niveau de 
la cretc de la contrescarpe des fosses, pour y placer des arquebusiers. 
Ces defenses, connues sous le nom de fausses braies, avaient l'avantage 
de presenter un front de fusiliers en avant et au-dessous des pieces 
d'artillerie placees sur les remparts, et de gener les approches; on dut 
y renoncer lorsque l'artillerie de sicge eut acquis un grande puissance, 
car alors, les parapets des fausses braies detruits, celles-ci formaient une 
banquette qui facilitait l'assaut. (Voy. ARCHITECTURE MILITAIRE.) 
BRETECHE, s. f. (bretescbe, bretesce, bertesclze, berteiche, breteske). On 
designait ainsi, au moyen äge, un ouvrage de bois ä plusieurs etages, 
crenele, dont on se servait pour attaquer etdefendre les places fortes. 
Quand il s'agit de l'attaque, la breteche differe du beffroi en ce qu'elle 
est immobile, tandis que le beffroi est mobile (voy. BEFFHOI). La breteche 
se confond souvent avec 1a bastide; la denomination de bretäche parait 
etre la plus ancienne. On disait, des le x18 siecle, bretescher pour fortifier, 
garnir de creneaux de bois ou de hourds (voy. HOURD). 
a La citfi (Rouen) esteit close de mur e de fossü. 
u Franceiz et Alemanz, quant il furent armä, 
a Ont ä cels de Rocn un grant assalt donä: 
a Normanz se desfendirent come vassal provd ; 
u As berteiclucs montent et al mur quernelä; 
a N'i ont rienz par assalt cil de fors cunqucstä 1.. 
Ces 
hfite : 
bretäches ätaient souvent_ 
ouvrages de campagne äleväs ä la 
des 
Le Ronznn rle Rau, 1m part, vers 11059 et suiv.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.