Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Arts-Chapiteau]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1106011
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1108273
 205  L BETON ] 
Cahier  est precede d'un court prologue qui indique parfaitement le but 
que les compilateurs des bcstiaires se proposaient d'atteindre. a Chi corn- 
a mence, dit l'auteur, li livres c'en apele Bestiaire. Etpar ce est-il appeles 
fi ensi, qu'il parole (parle) des natures des bestes; car totes les creatures 
u que Dex crea en terre, cria il por home, et por prendre essanple et de foi 
(1 en eles et de creance. a Du moment qu'il etait admis que les animaux 
de la ereation avaient me crees pour l'homme, et afin que Fetude de leurs 
Hlceurs füt pour lui un exemple, on ne doit pas s'etonner si nous voyons 
Sculptes sous les portails des eglises, autour des chapiteaux et j usque sur les 
meubles sacres, une foule (Fanimaux destines a rappeler les vertus que les 
chretiens (levaient pratiquer ou les vices qu'ils (levaient eviter. Au moyen 
flge, l'homme est le centre de toutes choses sur la terre, et FEglise pretend 
lui montrer sans cesse cette verite dans les monuments qu'elle eleve. Apres 
avoir represente Dieu, ses rapports avec l'homme, l'histoire de son sacri- 
fice et la hierarchie celeste, FEglise n'oublie aucun des etres secondaires, 
ct les fait entrer dans le grand concert (le la creation. C'est la le signe le 
plus evident de la tendance des idees du moyen age vers Yunite, l'ordre, 
le classement. Tout a sa place dans la creation, tout a un but et une fonc- 
tion, tout se rapporte a l'homme, qui doit compte a Dieu, comme res- 
ponsable a cause de son intelligence, de toute chose creee pour lui. Ne 
regardons pas, dans nos monuments, ces sculptures d'animaux, souvent 
etranges, comme des caprices d'artistes, des bizarreries sans signification; 
Voyons-y au contraire Funite vers laquelle tendait la pensee du moyen 
fige, les premiers efforts encyclopediques des intelligences du X1112 siecle, 
les premiers pas de la science moderne dont nous sommes si tiers 2. 
(Voy. CATHEDIXALE, SCULPTURE.) 
BETON, s. m. Ciest une maconnerie faite de mortier de chaux, de sable 
Ct de caillou ou de pierres cassees menu. Les Romains ont fait grand 
usage du beton dans leurs constructions; ils employaient des chaux bien 
cuites et bien eteintes, presque toujours hydrauliques, des sables ou 
D011zzolanes parfaitement purs; avec ces premiers elements, ils ne pou- 
vaient manquer de faire du beton excellent (voy. CONSTRUCTION). 
Les traditions romaines touchant la construction se conserverent assez 
bienjusquiifcpoquc carloviugienne, etl"on voit encore, dans les construc- 
UOHS anterieures au x2 siccle, des massifs cxecutes en beton grossier cou- 
serves sans alteration. Depuis le Xesieclejusquii la lin de la periodeogivale, 
les constructions elevees en pierre ou en moellon ne laissent guere de place 
au beton, que l'on ne rencontre que (lansles intericurs (les massifs ou dans 
 ' Manuscrit de la bibliotheque (le llärscnnl, nÜ 283, fol. 11cm. 
2 Nous renvoyons nos lecteurs aux Jldlanges archäologiques des RB. PP. Martin et 
Cahier, pour Ffätudc dcätailloc des bestiaires du moyen fige. Cotte portion de l'ouvrage 
des RR. PP. est trEs-colnpletc et accompagnoe de planches nombreuses, copiees sur les 
unanuscrits.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.