Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Arts-Chapiteau]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1106011
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1107967
BASTIDE 
avec ses alentours. Nous avons essaye, a l'aide de ce plan, de donner une 
vue cavaliere de cette forteresse (fig. Li), prise du cote sud. En A, on apercoit 
le sommet de la porte Saint-Antoine ; en B, les murailles de la ville; en C, 
le pont de la bastille jete en face de la rue Saint-Antoine, et en D un gros 
Ouvrage de terre intitule, sur la tapisserie en question, le bfzstillon, ouvrage 
qui datait probablement de la fin du xvcsiecle. Ce bastillon est un cavalier 
assez eleve, commandant les dehors et flanquant les vieilles murailles de 
Charles V. Dans le moine plan depose a 111cm1 de ville, on voit un gros 
bastillou a peu pres semblable a celui-ci, construit a cote et en dehors de 
la porte du Temple. Mais nous reviendrons touta l'heure sur ces sortes 
(Fouvrages. 
Pendant les XIVB et xv" sieeles, il est fort souventquestion de bastilles de 
terre, de pierres seches ou de bois, elevees par des armees pour proteger 
leurs camps et battre des murailles investies, pour couper les communi- 
cations ou tenir la campagne. Les Angle-Normands paraissent surtout 
avoir adopte ce systeme pendant leurs guerres, et il semblerait memc que 
chez eux cette habitude etait venue du Nord plutot que par la tradition 
romaine. Lors de leurs grandes invasions sur le continent occidental au 
1x6 siecle, les Normands choisissent une ile sur un fleuve, un promontoire, 
un lieu defendu par la nature; la ils etablissent des campements fortifies 
par de verilalales blockhaus, y laissent des garnisons, etremontent les fleu- 
ves sur leurs bateaux, vont piller le pays, attaquer les villes ouvertes, les 
monasteres, et reviennent deposer leur butin dans des camps, oii parfois 
ils hivernent. Plus tard, lorsque les Normands etablis dans les "provinces 
du nord de la France vont l'aire la conquete de l'Angleterre, ils couvrent 
le pays de bastilles; ils ne se sont pas plutot empares d'une ville ou d'une 
bourgade, qu'ils y elevfent des ouvrages isoles, des postes militaires soli- 
dement construits, au moyen desquels ils maintiennent les habitants. C'est 
en grande partie 51 ces precautions, a cette dellance salutaire a la guerre, 
qu'il faut attribuer le succes incroyable des armees de Guillaume le 
Conquerant au milieu d'un pays toujours pret a se soulever, la reussite 
d'une conquete odieuse aux populations galloises etsaxonnesdelaGrande- 
Bretagne. C'est encore a ces moyens que les Angle-Normands ont recours 
lorsqu'ils font invasion sur le sol frangins pendant les XIVÜ et xv" siecles. 
Lorsque Fjdouard assiege Calais, il entoure ses lignes de bastilles; il en 
garnit les passages (voy. AHCIIPFECTURE MILITAIRE). Quand enfin la ville 
d'0rleans est investie, en 1h28, a le comte de Sallebery y mis des bastilles 
a du coste de la Beausse 1 m). Les bourgeois d'0rleans, et la Pucelle a leur 
tete, sont obliges, pour faire lever le siege, d'attaquer ces bastilles et d'y 
mettre le feu. L'organisation des armees angle-normandes, leur genie 
pendant le moyen age, se pretaient a ces travaux ; en France, au contraire, 
la gendarmerie les dedaignait, et l'infanterie, indisciplinee, recrutee de 
tous cotes, n'en soupconnait pas l'utilite ; elle eüt etc d'ailleurs incapable 
Charles 
Alain Charticr, Hist. de
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.