Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Arts-Chapiteau]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1106011
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1107880
BASTIDE 
166 
BAS-RELIEF, s. m. 
Voy 
SCULPTURE. 
BASSYE. 
Vieux mot employä pour latrines, privä (voy. 
LATRINES). 
BASTARDE, s. f. Vieux 
de moyenne grandeur. 
mot 
employf: 
däsigner une piäce de bois 
pour 
BASTIDE, s. f. (bastille). On entendait par bastide, pendant le moyen age, 
un ouvrage de defense isole, mais faisant cependant partie d'un systeme 
general de fortification. On doit distinguer les bastilles permanentes 
des laastilles elevees provisoirement; les bastilles tenant aux fortifica- 
tions d'une place, de celles construites par les assiegeants pour renforcer 
une enceinte de eireonvallation et de COIIIPOVHllÄtiOH. Le mot bastide est 
plntot employe, jusqira la iin du X1110 siecle, pour designer des ouvrages 
provisoires destines a laroteger un campement que des constructions a 
demeure; ce n'est que par extension que l'on designe, a partir de cette 
epoque, par bastide ou bastille, des forts de maeonnerie se relianta une 
enceinte. Le mot bastide est souvent applique a une maison isolee, hatie 
en dehors des murs d'une villei. 
Lorsque les Romains investissaient une place forte, et se trouvaient 
dans la necessite de faire un siege en rcgle, leur premier soin etait d'ota- 
blir des lignes de cireonvallation et de contrevallation, renforcees de 
distance en distance par des tours de bois ou meme de maconnerie. S'il 
etait facile (Felever les tours des lignes de circonvallation, on comprendra 
que les assieges sefforcaient d'empocher Fetablissement des tours tenant 
aux lignes de contrevallation, de detruire cesjouvrages que l'on dressait 
en face des remparts de la place, souvent aune tres-petite distance. Cepen- 
dant les armees romaines attaehaient la plus grande importance a ces 
ouvrages, que nous ne pouvons comparer qu'a nos paralleles et 51 nos 
places d'armes. Elever en face des tours d'une ville assiegee des tours plus 
hautes, aiin de dominer les forlitications, d'empocher les defenseurs de 
se tenir sur les chemins de ronde, et de proteger ainsi le travail du mi- 
neur, etait le moyen lent, mais sur, que les armees romaines mettaient 
en pratique, avec autant de methode et de perseverance que (Yhahilete. 
Nous ne pourrions nous occuper en (letail de la bastide, sans avoir au 
prealable indique l'origine de cet ouvrage (Papres les donnees antiques. 
Il faut convenir d'ailleurs que jamais les armees du moyen fige neipre- 
senterent un corps aussi discipline et homogene que les armees romaines, 
et que, par consequent, les moyens d'attaque reguliere qu'elles mirent en 
pratique ne purent rivaliser avec ceux employes par les Romains. 
Lorsquele lieutenant C. Treboniusfut laisse par Cesar au siege de Mar- 
seille, les Romains durent elever des ouvrages considerahles pour reduire 
la ville, qui etait forte et bien munie. Un de leurs travaux d'approche, 
Du (lange, Glzzs-saire.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.