Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Arts-Chapiteau]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1106011
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1107785
BASE 
156 
tectes obeissaient a leur instinct d'artistes plutot qu'a un raisonnement 
de savants; ils avaient (levie de la ligne logique. Nous ne saurions trop 
le dire (parce que dans les arts, et surtout dans l'art de l'architecture, 
entre la science pure et le caprice, il est un chemin qui n'est ouvert 
qu'aux hommes de genie), ce qui nous porte a tant admirer nos archi- 
tectes franeais du X1118 sieclc, c'est qu'ils ont suivi ce chem-in, comme 
dans leur temps les Grecs l'avaient parcouru. Mais malheureusement 
cette voie, dans l'histoire des arts, n'est jamais longue. Le goüt, le genie, 
l'instinct, ne se formulent pas, et l'heure des pedants, des raisonncurs, 
sticcede bientüt a l'inspiration, qui sait s'appuyer sur la science et n'en 
devient pas l'esclave. 
Avant de passer outre et de montrer ce que devient ce membre si im- 
portant de l'architecture ogivale, la base, nous ne devons pas omettre une 
observation de detail qui a son importance. Si les bases des piles de rez- 
de-chaussee executees de 1230 a 1260 ne presentent que peu de varietes 
dans la composition de leurs profils et de leurs plans; si les architectes, 
pendant cette periode, attachaient une grande importance a ces bases 
inferieures, considerees comme le point de depart, le 1nodule de leurs edi- 
tices, il semble qu'ils aient abandonne souvent Fexecution des bases des 
colonnes secondaires des ordonnances superieures aux tailleurs de pierre. 
Les ouvriers sortis de divers ateliers, reunis en grand nombre lorsqu'il 
s'agissait de construire un vaste editice (et a cette epoque on construisait 
avec une rapidite qui tient du prodige) [voy. CONSTRUCTION], se permet- 
taient de modifier certains profils de details suivant leur goüt. Il n'est 
pas rare (et ceci peut etre observe surtout dans les grands monuments) 
de trouver, dans les editices qui datent de 12110 a 1270, des bases de 
colonnettes, de meneaux de fenetres, de galeries superieures, presentant 
des rangs de pointes de diamant dans la scotie, des bases sans scotie, 
avec tore superieui- d'une coupe circulaire, avec plinthe carree simple, 
ou avec angles abattus et supports sous la saillie du tore inferieur. Il y a 
donc encore a cette epoque une certaine liherte, mais elle se refugie dans 
les parties des edilices qui sont hors de la vue, et se produit sans la par- 
ticipation de l'architecte. 
Au commencement du xivc siecle, la base s'appauvrit, sesprotils per- 
dent de leur hauteur et de leur saillie. Dans Feglise Saint-Urbain de 
Troyes deja, qui {luit le XIIIC siecle, les bases des piliers et colonnettes 
comptent a peine; les deux tores se sont reunis et la scotie a disparu 
(fig. 38); les moulures des socles sont maigres, et partout, au rez-de-chaus- 
sec comme dans les galeries superieures, le profil est le meme. On voit 
qu'alors les architectes cherchaient a dissimuler ce membre d'architec- 
ture si important dans les edifices des premiers temps de la periode ogi- 
xfale, a eviter des empattements dont l'importance etait en desaccord avec 
le sysleme vertical des constructions. En progressant, l'architecture ogi- 
vale multiplie ses lignes verticales et efface ses membres horizontaux; 
ceux-ci se reduisent de plus en plus pour disparaitre completement au
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.