Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Arts-Chapiteau]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1106011
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1107443
BARRIIJRE 
122 
cietoient ouvertes; et cuidoient les seigneurs qui la etoient qui dut 
a eiistrer dedans ; maisil n'en avoit nulle volonte. Aincois quand ilent fait 
u et hurte aux barrieres, ainsi que voue avoit, il tira sur frein et se mit 
a au retour. Lors dirent les chevaliers de France qui le virent retrairc: 
a Allez-vous-en, allez, vous vous ctes bien acquitte   
Il n'est pas besoin de dire qu'autour des camps on etablissaitdes 
barrieresHvoy. LICE, ÜLÜTURE). Dans les tournois, il y avait aussi le 
combat a la barriere. Une barriere de cinq pieds environ separait la lice 
en deux. Les jouteurs, places a ses extremites, a droite et a gauche, 
lancaient leurs chevaux l'un conlrc l'autre, lalance en arret, etchgp- 
chaient a se desarconner; la barriere, qui les separait, empechait les 
chevaux de se choquer, rendait le combat moins dangereux en ne laissant 
aux combattants que leurs lances pour se renverser. Ces barrieres des 
tournois retaient couvertes düätoffes brillantes ou peintes et parfaitement 
,plancheiees des deux cotes, pour qneles chevaux ou les combattant ne 
pussent se heurter contre les saillies des poteaux ou traverses. 
Quant aux barres proprement dites, detaient des pieees de bois qui 
servaient a clore et renforcer les vantaux des portes que l'on tenait a 
3M   i Arxvg 2 germter soliäiement. Les portes exterieiires 
y  Wiiiffg es ours, es ouvrages isoles de defense, 
 "X;   lorsqu'elles ne se ferment que par un van- 
   viril-m QÄOLL...      
 illia il  "flliiiif "i; tail, sont souvent munies de barres de bois 
Filllfvii     de   
"j; igz. WIÜ NE g 13.1118: Lircas de surprise, en poussant 10 
a prit! ilmgiilzäi  iflsffff- vantail et tirant la barre debois,on le main- 
7  l'ai x f" i,  'l'  
agit] Mit", p I, t? L1.  tenait SOiIdQHIGHIZ clos et l'on se donnait le 
Llllffjjfjlll f   lemps de verrouiller. Voici (fig. 2) une, des 
   portes des tours de la cite de Careassonne 
 il 55.3. ferme? Par ce moyen Sl simple. Du cote 
Mllwiiii    oppose au logement de la barre est pra- 
 g,       
x, m; n l?!  tiqtuelq, dansl ebiasement de la porte, une 
PS4    en ai e carree qui recoit le bout de cette 
7 ä 3 baiie, lorsqu elle est completement tiree : 
l   
"mm  le vantail se trouvait "llHSi fortement lHPFi 
cade. Pour tirer cette barre, un anneau etait pose a son extremite, 
et pour la faire rentrer dans sa loge, une mortaise profonde, pratiquäe 
l Les Chroniques de Froissart, liv. I, ne partie, p. 613. 
2 En 1386, lors du projet (Vexpeditimi en Angleterre, ale conruitflble de France 
ccOlivicr de Glisson fit ouvrer et charpenter Fenclosurc d'une ville, tout de bon bois 
a et gros, pour asseoir en Angleterre 151 en il leur plairoit, quand ils y auraient pris 
a terre, pour les seigneurs loger et POlPIIlFC de nuit, pour cschiver les perils des revoil- 
u lemens (su1'p1'ises).-... On la pouvoit Llefnirc par charnibres ainsi que une couronne 
u et rasscoir membre il. membre. Grand foison de charpentiers et d'ouvriers Favoient 
n compassee et ouvrde..." v (Les Chroniques de Ffüläszlrf, liv. III, p. A98.)
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.