Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Arts-Chapiteau]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1106011
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1107420
BARRIE RE 
.0 
42 
connerie; forces de passer a la file par ces issues, ils etaient facilement 
refoules a Finterieur. Dans toutes les relations des sieges des x11", XIII" et 
xive siecles, il est sans cesse question de combats aux lJIIFFlÜFGS exterieures 
des places fortes; elles sont prises etreprises avec acharnement et souvent 
en perdant beaucoup de monde, ce qui prouve l'importance de ces de- 
fenses avancees. Pour eviter que les assaillants n'y missent le feu, on les 
couvrait exterietirement, comme les lareteches et les beffrois, (le peaux 
fraiches, et meme de boue ou de fumier. 
On defendait les faubourgs des villes avec de simples barrieres, et sou- 
vent meme les rues de ces faubourgs, en avant des portes. L'attaque 
devenait alors tres-dangereuse, car on garnissait les logis a l'entour de 
combattants, et les assaillants se trouvaient arretes de face et pris de 
flanc et a revers. Froissart rend compte d'une attaque de ces sortes 
de barrieres, et son reeit est trop curieux pour que nous ne donnions 
pas ce passage tout au long. Le roi d'Angleterre est campe entre Saint- 
Quentin et- Peronne (1339).  
u  Or avint ainsi que messire Henri de Flandre, en sa nouvelle che- 
c: valerie, et pour son corps avancer et aceroitre son honneur, se mit un 
a jour en la compagnie et cueillette de plusieurs chevaliers, desquels 
(r messire Jean de Hainaut etoit chef, et la etoient lesire de Fauquemont, 
a le sire de Berghes, le sire de Baudresen, le sire de Kuck et plusieurs 
u autres, tant qu'ils etoient bien cinq cents combattans get avoient avise 
(z une ville assez pres de la, que on appeloit I-lonnecourt, oii la plus 
a grandqaartie du pays etoit sur la fiance de la forteresse,et y avoient mis 
a tous leurs biens. Et 3a y avoient etc messire Arnoul de Blakehen et 
a messire Guillaume de Duvort et leurs routes; mais rien n'y avoient 
u fait: donc, ainsi que par esramie (promptement), tous ces seigneurs 
u s'etoicnt cueillis en grand desir de la venir, et faire leur pouvoir de la 
a conquerir. Adonc avoit [dedans Honnecourt un abbe de grand sens et 
a de hardie entreprise, et etoit moult hardi et vaillant homme en armes; 
a et bien y apparut, car il üt au dehors de la porte de Honnecourt faire 
a et charpenter en grand'hate une barriere, et mettre etasseoir au tra- 
a vers de la rue; ety pouvoitavoir, entre l'un banc (banchart) et l'autre, 
a environ demi-pied de creux d'ouverture (Gest-a-dire que les pieux 
a etaient ecartes l'un de l'autre d'un demi-pied); et puis lit armer tous 
(1 ses gens et ehascun aller es guerites, pourvu de pierres, de chaux, et 
a de telle artillerie qu'il appartient pour 1a (lelfendre. Et si tres tot que 
u ces seigneurs vinrent a Honnecourt, ordonnes par bataille, et en grosse 
u route et epaisse de gens d'armes durement, il se mit entre les barrieres 
a et la porte de ladite ville, en bon convenant, et lit la porte de la ville 
a ouvrir toute arriere, et montra et fit bien chere maniere de deffense, 
a La vint messire Jean de Hainaut, messire Henri de Flandre, le sire 
a de Fauquemont, le sire de Berghes et les autres, qui se mirent touta 
a pied etapprocherent ces barrieres, qui etoientfortes durement, chacun 
a son glaive en son poing; et commeneerent alancer et il jeter grands
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.