Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Abaque-Aronde]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1100478
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1101466
ARC 
ägnses, on avait 13850111 de lumierc; il fallait prendre des jours directs dans 
les murs des nefs, et renoncer par coiisequent a contre-buter les voiites 
hautes par des demi-berceaux continus eleves sur les bas cotes. Dans quel- 
ques eglises de Norinandie, celles entre autres de l AbbayS-ziiix-Hoinrnes 
et de lhäbbaye-aux-Dames de Gaen, les constructeurs, au x11 SIBCIZIGÄÜVZIIGHT, 
cherche un moyen terme : ils avaient eleve sur des piles fort epaisses les 
grandes voütes d'arme des nefs hautes, et, nienageant de petits JOUFS sous 
les formerets de ces voütes, ils avaient cherche il  POUSSE? 
par un demi-berceau continu bande surle triforium tflg- w)- MZÜS Ce defm" 
berceau n'arrive pas au point de la poussee de ces voutes hautes. Et pour- 
duoi un demi-berceau continu pour maintenir une voüte d arete dont les 
poussees sont reportees sur   
qes points espaces au droit (le  
chaque pile? ll y a quelque  f 
chose (Fillogique dans ce  
systeine, qiiidut bieiitotfrap- [[9 ii  
pcr des esprits enclins fi tout  i_ l"  
raiiiieiier li un principe vrai et  t1 
pratique. Or, supposons que  mit; 
le demi-berceau A figure dans  ' 
la coupe de la nef de l'Ab-  
baye-aux-Hommes (fig. A9)   
soit coupe par tranches, que   F2 
ces tranches soient conser-   
vees seulement au droit des   
poussees des arcs-doubleaiix i, il;    
et des arcs ogives, et siippri-  Hll hi Xi 
mecs entre les piles, dest-a-  fmullt 5' 
dire dans les parties oii les  
1101155565 (105 grandes voütes niagissent  esttrouve ,1 P5P 
met d'ouvrir dans les travees des jours aussi larges et aussi bas que pos- 
sible. Le triforiuin n'est plus qu'une galerie a laquelle on ne (1011115 (l? une 
importance mediocreLe bas cote, compose d'un rez-de-chaussee, estqouj 
vert par un comble en appentis. Ces murs epais deviennent alors 1 es , 
les piles des nefs peuvent rester greles, car la stabilite de  110e 119 
consiste plus que dans la resistance des points d'aPPÜ1 exterleullä lslur 
lesquels les arcs-boutants prennent naissance (voy. GONTRE-FORT). li a ut 
deux siecles de tätonnements, d'essais souvent malheureux, pour arriv  
fi la solution de ce probleme si simple, tant il est vrai que les procede: 
les plus naturels, en construction comme en toute chose, sont lents a 
trouver. Mais aussi, des que cette nouvelle voie fut ouverte, elle frut par- 
courue avec une rapidite prodigieuse, et Yarc-boutant, qui liait a peine 
au XIIe siecle, est arrive a l'abus au XIVe. Quelques eSPrIFS wdlcleux leu- 
 lent conclure, de la corruption si prompte dfl äfaml PÜWFIPG de laAcoiij 
struction des ediflces gothiques, que ce prieclpefast Vlcleu? en luknlemqi 
et cependant ltart grec, dont personne n'a Jamals conteste la Puretef 5m
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.