Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Abaque-Aronde]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1100478
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1105860
501 
A RMOIRIES 
 a estre si bien batu le mesdisant, et que ses epaules s'en sentent tres-bien, 
a et par maniere que une autreffois ne parle ou medie ainsi deshonneste- 
a ment des dames, comme il a aecoutume 1. n 
Ces timbres, dont on surmonta les ecussons armoyes, ne furent, comme 
les supports et tenants, que des accessoires variables pendant le cours du 
av" siecle. Un noble qui avait joute d'une facon brillante pendant la duree 
d'un tournoi, la tete couverte d'un heaume timbre de quelque embleme 
singulier, et sous le nom du chevalier de la licorne, du dragfon, etc., tim- 
brait de ce heaume Fecu des armes de sa famille, pendant un certain 
temps, ou sa vie durant, si de nouvelles prouesses ne faisaient oublier les 
premieres. Ce ne fut qu'a la {in du xv' siecle que l'on adopta pour les 
timbres, comme pour les couronnes, des formes qui indiqueront le degre 
de noblesse ou les titres des nobles.  
Ce n'est qu'au xvne siecle que les armes de France furent couvertes et 
enveloppees d'un pavillon ou tente, dest-a-dire d'un baldaquin et de deux 
courtines, ce support ou enveloppe elant reservee depuis lors pour les em- 
pereurs et rois. Voici comment se blasonnaient ces armes : D'azur a trois 
fleurs de lis d'or, deux et zinc, Fäcu environnä des colliers (les ordres de bain!- 
M iclzel et du Saint-Esqwit, iinzbre d'un casque enlierevflevzt ouvert, d'or ; par- 
dessus, la couronne formez? ai Hmperialc de huit rayons, lzaa-lenlent EJFIHIUSSÜP 
d'une double fleur de lis d'or, qui est le cinlier  pour tenants, (leur anges välus 
de la cotte d'armes de France," le tout couvert du pavillon royal senzä de Ifrance, 
double zflzermine. Et pour devise : a Lilia non laborant neque neuf. n Sous 
Henri IV et Louis XlII, l'ecu de Navarre etait accole a celui de France, et 
l'un des anges etait vetu de la cotte d'armes de Navarre. J usqu'a Charles V, 
les ileurs de lis etaient sans nombre sur champ d'azur; ce fut ce prince 
qui reduisit leur nombre a trois en l'honneur de la sainte Trinite. Depuis 
le xvne siecle, les ducs et pairs envelopperent leurs armes du pavillon, 
mais a une seule courtine. L'origine de cette enveloppe est, comme nous 
l'avons vu plus haut, le pavillon dans lequel les tournoyfzzzrs se retiraient 
avant ou zipres Yentree en lice, et non point le manteau imperial, royal 
ou ducal : c'est donc un contre-sens de placer la couronne au-dessus du 
pavillon, le pavillon devrait au contraire recouvrir la couronne; et, en 
effet, dans les premieres armes peintes avec 1e pavillon, la couronne est 
posee sur l'eau, et le pavillon enveloppe le tout. Cette erreur, que nous 
voyons se perpetuer, indique combien il est essentiel, en fait darmoiries, 
de connaitre les origines de toutes les parties principales ou accessoires 
qui les doivent composer. 
Le cierge regulier et seculier, comme seigneur feodal, adopta des zlrmes 
des le XIIlc siecle, dest-a-dire que les abbayes, les chapitres, les eveches 
eurent leurs armes; ce qui n'empecha pas les eveques de porter leurs armes 
bereditaires. Ceux-ci, pour distinguer leurs ecussons de ceux des membres 
' Traictä de la fbrnze et devis d'mzg tournoy (Bibliolh. nation., ms. 110 8351), 
(Jlfuvres chozlfies flu roi Rend, par M. le comte (le Quatrcbnrbes (Angers, 1835). 
et les
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.