Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Abaque-Aronde]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1100478
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1105454
ARGENT 
1160 
joints. Les deux colonnes si delicates qui supportaient la tourelle de 
Yhotel de la Tremoille a Paris, dont les restes sont deposes a YEeole 
des beaux-arts, etaient calees avec des ardoises qui couvraient 1a surface 
"de leurs lits. 
Nous avons vu, dans les contrees ou le schiste est commun, les ardoises 
employees en grands morceaux, soit pour servir de paliers aux escaliers. 
soit en guise de pannes sous les combles, pour porter les chevrons, ou (le 
poteaux de hangars, soit comme clotures de jardins en grandes lames 
fichees en terre, soit encore comme pierres tombales, particulierement 
pendant les xve et XVIÜ siecles. L'usage de peindre les ardoises ne peut 
etre douteux, bien que nous n'ayons pu trouver d'ardoises peintes ou do- 
rees anterieures au Xvif siecle; mais dans les habitations du xve siecle, 
on rencontre parfois des ecussons d'ardoise clones sur les pans de bois, 
et il est a presumer qu'ils etaient destines a recevoir les couleurs et les 
metaux des armes des proprietaires. 
Voy. CHARPENTE, ÜONSTRUCTION, VOUTE, TRAIT. 
ARfETIER, s. m. Piece de charpente inclinee quiforme Peneoignure d'un 
comble, vient s'assembler ä sa partie inferieure aux extremites de l'en- 
rayure, a son sommet dans le poineon, et sur laquelle s'assemblent les 
empanons (voy. CHARPENTE). Les plombiers nomment aussi aräticr lalame 
de plomb qui, maintenue par des pattes, et ornee quelquefois d'un bou- 
din, de crochets et d'ornements saillants, sert ii couvrir les angles dlun 
comble en pavillon ou d'une lleche (voy. FLECIIE, PLOMBERIE). Autrefois, 
et dans quelques provinces du Nord, les charpentiers et les Couvreurs 
disaient et disent encore : erestier. 
ARIäTIERE, s. f. Tuile dont la forme epouse et recouvre l'angle des cou- 
vertures de terre cuite sur Faretier. Pour les couvertures de tuiles creuses, 
les aretieres ne sont que des tuiles plus grandes et plus ouvertes, dans 
leur partie large ou inferieure, que les tuiles ordinaires; mais pour les 
couvertures de tuiles plates, les aretieres etaient munies de crochets dans 
leur eoncavite pour les empecher de glisser les unes sur les autres. Nous 
avons vu d'anciennes tuiles aretieres ainsi fabriquees en Bourgogne et 
en Champagne. L'usage etait, dans des monuments d'une date fort 
ancienne, d'orner le dos des aretieres par un simple bouton qui etait des- 
tine de meme a empecher le glissement de ces tuiles (l'angle. Les manu- 
scrits des x11", xme et XIV" siecles figurent souvent des aretieres de com- 
bles couverts de tuiles deeorees de crochets. En Champagne, en Alsaee, 
-il existe encore sur quelques edifices de rares exemples de ces aretieres 
ornees. (Voy. TUILE.) 
 ARGENT, s. m. Ce mätal a rarement ätä employä dans 1a däcoraLiun des, 
"ädiüces pendant le moyen äge. La promptitude avec laquelle il passe ä
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.