Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Abaque-Aronde]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1100478
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1105383
1153 
ARDOISE 
egard aux principes de la construction de cette architecture, on appa- 
reilla ensemble Varchitrave et la frise, en faisant passer les coupes des 
claveauxä travers ces deux membres de Pentablement : cfetait un grossier 
contre-sens qui s'est perpetue jusquää nos jours. 
ARDOISE, s. f. Schiste lamelleux. Dans les contrees ou le schiste est 
facile a exploiter, on s'en est servi de tout temps, soit pour daller les in- 
terieurs des habitations, soit pour les couvrir, ou pour clore des champs. 
La tenacite de cette matiere, sa resistance, la facilite avec laquelle elle 
se delite en lames minces, ont du necessairement engager les construc- 
teurs a lemploycr. On a" utilise cette matiere aussi comme moellon. 
L'Anjou, quelques parties des Pyrenees, les Ardennes, ont conserve de 
tresanciennes constructions baties de schiste qui- ont parfaitement resiste 
a l'action du temps. Mais destprincipalement pour couvrir les charpentes 
que les ardoises ontete employees. Il laaraitrait que des le x18 siecle, dans 
les contrees schisteuses, on employait l'ardoise coneurremment avec la 
tuile creuse ou plate. Dans des constructions de cette epoque nous avons 
retrouve de nombreux fragments de grandes ardoisesl tres-cpaisses et 
mal coupces, mais n'en constituant pas moins une excellente couverture. 
Toutefois, tant qu'on ne trouva pas les moyens d'exploiter l'ardoise en 
grand, de la deliter et de la couper regulierement, on dut preferer la tuile 
qui, faite avec soin, couverte (Yemaux de diiferentes couleurs, etait d'un 
aspect beaucoup plus riche et monumental. Les ardoises iretaient guere 
employees que pour les constructions vulgaires, et comme on les emploie 
encore aujourd'hui dans le Mont Dor, dans la montagne Noire et dans 
les Ardennes. Ce ne fut guere que vers la fin du XIIÜ siecle que l'ardoise 
devint d'un emploi general dans le nord et l'ouest de la France. Des palais, 
des maisons de riches bourgeois, des eglises meme etaient deja couvertes 
d'ardoises. L'adoption des combles coniques pour les tours des chäteaux 
rendait l'emploi de l'ardoise obligatoire, car on ne pouvait convenable- 
mentcouvrir un comble conique avec de la tuile, a moins de la faire fabri- 
quer expres et de diverses largeurs, tandis quefardoise, pouvant se tailler 
facilement, permettait de chevaucher toujours les joints de chaque rang 
d'une couverture conique. Lorsque les couvertures coniques etaient d'un 
tres-petit diametre, sur les tourelles des escaliers, par exemple, afin 
deviter les cornes saillantes que des ardoises plates n'eussent pas manque 
de laisser voir sur une surface curviligne convexe, on taillait leur extre- 
mite inferieure en forme (Yecaille, et l'on avait le soin de les tenir tres- 
etroites pour qu'elles pussent mieux s'appliquer sur la surface courbe 
(fig. l); et comme chaque rang, en diminuant de diametre, devait dimi- 
nuer le nombre des ardoises qui le composaient, on arretait souvent de 
distance en distance le systeme des rangs d'ecailles par un rang droit, et 
cathädrale de Garcassonne (Saint-Nazaire) fitaient, 
ardoises provenant de la montagne Noire. 
1 Les voütes rle l'ancienne 
l'origine, couvertes de grandes 
dans
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.