Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Abaque-Aronde]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1100478
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1105323
 A117  [ ARCHITECTURE l 
otage. Mais lorsque 1e fracas de l'artillerie vint s'ajouter a ses effets mate- 
riels, on comprendra combien ces moyens de communication etaient 
insuffisants; le canon devait donc faire adopter, dans 1a construction des 
fortifications, de larges dispositions, et obliger les armees assiegeantes et 
assiegees a renoncer ä. la guerre de detail. 
La methode qui consistait a fortifier les places en dehors des vieux murs 
avait des inconvenients : Fassiegeant battait a la fois les deux defenses, la 
seconde surmontant la premiere; il detruisait ainsi les deux obstacles, ou 
au moins, bouleversant le premier, eeretaitle second, ifeduisait ses merlons 
en poussicre, demontait a la fois les batteries inferieures et superieures 
(voy. la  6A). S'il s'emparant des defcnses anterieures, il pouvait etre 
arrete quelque temps parFescarpement de la vieille muraille; mais celle-ci, 
etant privee de ses batteries decouvertes, ne presentait plus qu'une de- 
fense passive qu'on faisait sauter sans danger et sans etre oblige de se 
couvrir. ltflachiavel recommandait-il aussi, de son temps deja, (Yelever en 
arriere des vieux murs des villes des remparts fixes avec fosse. Laissant donc 
subsister les vieilles murailles comme premier obstacle pour resistera un 
coup de main ou pour arreterfennemi quelque temps, renoncant aux bou- 
levards cxtcrieurs et ouvrages saillants qui se trouvaient exposes aux feux 
convergents des batteries de siege et etaient promptement bouleverses, 
on etablit quelquefois en arriere des anciens fronts qui, parleur faiblesse, 
devaient etre choisis par l'ennemi comme point d'attaque, des remparts 
bastionnes, formant un ouvrageatlemeure, analoguea l'ouvrage provisoire 
que nous avons represente dans la fig. 57. C'est d'apres ce principe qu'une 
partie de la ville de Metz avait etc fortifiee, apres la levee du siege mis par 
Farmee imperiale, vers la fin du xvl" siecle, du cote de 1a porte Sainte- 
Barbe (fig. 73 1). Ici les anciens murs A avec leurs lices etaient laisses tels 
quels; dcsbatteriesa barbette etaient seulement etablies dans les anciennes 
lices B. L'ennemi, faisant une breche dans 1e front GD, qui se trouvait 
etre le plus faible puisqu'il n'etztit pas flanque, traversant le fosse et arri- 
vant dans 1a place d'armes E, etait battu par les deux demi-bastions FG, 
et expose a des feux de face et croises. Du dehors, ce rempart, etant plus 
bas que la vieille muraille, se trouvait masque, intact; ses flancs a oril- 
lons presentaient une batterie couverte et dccouverte entilant le fosse. 
Le merite (les ingenieurs du xvne sieele, et de Vauban surtout, ca ete de 
disposer les defenses de facon a fzlire converger sur 1e premier point atta- 
que et detruitpar l'ennemi les feux d'un grand nombre de pieces d'artil- 
lerie, de changer ainsi au moment de l'assaut les conditions des armees 
assiegeanles et assiegecs, de simplifier l'art de la fortification, de laisser 
de cote une foule d'ouvrages de detail fort ingenieux sur 1e papier, mais 
qui ne sont que genants au moment d'un siegc et content fort cher. C'est 
ainsi que peu a peu on donna une plus grande superficie aux bastions; 
qu'on supprima les orillons d'un petit diametre, qui, detmits par l'artil- 
Topogr. de la Gaule, Bldrian. Topogr. de la France, Bibliuth. nul
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.