Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Abaque-Aronde]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1100478
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1104891
ARCHITECTURE 
11011 
clevait changer et changea bientct toutes les conditions de l'attaque et 
de la defense des places. Peu importante encore au commencement du 
xv" siecle, l'artillerie a feu prend un grand developpement vers le milieu 
de ce siecle. a En France n, dit l'illustre auteur deja cite 1, u la guerre de 
a Findependance contre les Anglais avait reveille le genie guerrier de la 
a nation, et non-seulement Fheroique Jeanne Darc s'occupait elle-ineme 
a de diriger l'artillerie 2; mais deux hommes eminents sortis du peuple, les 
u freres Bureau, apporterenttous leurs soins a perfectionner les bouches 
a a feu et a la conduite des sieges. Ils commencerent a employer, quoique 
n en petit nombre, les boulets de fer au lieu des boulets de pierre 3, et 
a alors un projectile du meme poids occupant un plus petit volume, on 
a put lui donner une plus grande quantite de mouvement, parce que la 
a piece, ayant un moindre calibre, offrit plus de resistance a l'explosion 
a de la poudre. 
a Ce boulet plus dur ne se brisa plus et put penetrer dans la maeon- 
u nerie; il y eut avantage a augmenter sa vitesse en diminuant sa masse: 
a les bombardes devinrent moins lourdes, quoique leur effet füt rendu 
a plus dangereux. 
a Au lieu d'elever des bastilles tout autour de la ville4, les assiegeants 
a etablirent devantles grandes forteresses un parc entoure d'un retran- 
a chement situe dans une position centrale, hors de la portec du canon. 
u De ce point, ils conduisirent un on deux boyaux de tranehee vers les 
u pointes oü ils placerent leurs batteries 5;. Nous sommes arrives au mo- 
a la dellense de la ville de Üambray. n (Original parchemin, parmi les titres scelläs (le 
Clairanzbaull, vol. XXV, fol. 1825. Bibl. de Pllcole des chartes, t. V1, p. 51.) a  Pour 
a salpetre etsulfre viz et sec achetez pour les canons qui sont 51 Cambray, onze livres quatre 
a soolz .III. deu. tournois. n (Ibid. Voyez l'article de M. Lacabane, meme vol., p. 28.) 
1 Eltudes sur le passe et l'avenir de l'artillerie, par L. Napoleou Bonaparte, t. Il, 
p. 96. 
2 Däposition du due d'Alengon. (Michelet, HzLs-l. de France, t. V, p. 99.) 
3 Les trebucliets, pierriers, mangonneaux, langaient des boulets de pierre; il etait 
naturel, lorsqu'on changea le mode de projection, de conserver le projectile. 
4 Voyez le siege d'0rleuus, en 11128. Nous revenons sur les travaux executes par les 
Anglais pour battre et bloquer la ville (voy. SIEGE). 
5 Au siege de Caen, en 11:50 z a Puis apres on commence du coste de monseigneur le 
a connestable ä faire des approches couvertes et descouvertes, dont 1e Bourgeois en con- 
(c duisait une, et messire Jacques de Chabauues l'autre; mais eelle du Bourgeois fut la 
a premiere 51 la muraille, et puis l'autre arriva, et fut minee la muraille en Yeudroict. 
u En telle mfmiere que la ville eut este priuse CÜLSSIIÜÜL, si rfeust m le roy, qui ne le 
Ri voulut pas, et ne voulut bailler nulles bombardes de ce eoste; do peu? que 108 Bretons 
a Nassaillissent. n (Hist. d'Artus III, cluc de Bretaigne et connest. de France, de nouveau 
mise en lunziere, pur T. Godelroy, 1622.) 
Au siäge d'0rleans, 11129 : a Le jeudy, troisiesme jour de mars, Sllillirent les Frangoig, 
U au matin, contre les Anglois, faisant pour lors un fosse pour aller 51 couvert de leur 
aboulevert de la Groix-Boissee ä. SaiuL-Ladre d'0rleaxis, afin QUO les FFÜÜGÜiS 119 125 
a peusseut veoir ne grever de canons et bombardes. Celle saillie fist grand dommage aux
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.