Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Abaque-Aronde]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1100478
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1104816
ARCHITECTURE 
396 
de brigands 1, dhrbaletriers genois, de l'infanterie enfin. Les Anglais 
commencerent a cette epoque a mettre en ligne une infanterie nom- 
breuse, disciplinee, exercee au tir de Farce, se servant deja d'armes a 
feu 3. La superiorite de la chevalerie, jusqu'alors incontestable, etait 
a son declin; la gendarmerie francaise ne fit en rase campagne que se 
precipiter de defaite en defaite ; jusqu'au moment ou du Guesclin orga- 
nisa des compagnies de fantassins aguerris et disciplines, et par l'ascen- 
dant de son merite comme capitaine, parvint a mieux diriger la bravoure 
de sa chevalerie. Ces transformations dans la composition des armees, 
et l'emploi du canon, modifierent necessairement l'art de la fortification, 
lentement il est vrai, car la feodalite se pliait difficilement aux innova- 
tions dans l'art de la guerre; il fallut qu'une longue et cruelle experiencc 
lui apprit a ses depens que la bravoure seule ne suffisait pas pour gagner 
des batailles ou prendre des places; que les fortes et les hautes murailles 
de ses chateaux näätaient pas imprenables pour un ennemi procedant 
avec methode, menageant son monde et prenant le temps de faire des 
travaux d'approche. La guerre de siege pendant le regne de Philippe de 
Valois n'est pas moins interessante a etudier que la guerre de campagne; 
l'organisation et la discipline des troupes anglaises leur donnent une supe- 
riorite incontestable sur les troupes francaises dans l'une comme dans 
l'autre guerre. A quelques mois de distance, Farmee francaise, sous les 
ordres du duc de Normandiet, met le siege devant la place diliguillon, 
situeeau confluent du Lot et de la Garenne, et le roi düngleterre ilSSiegC Ca- 
lais. L'armee francaise, nombreuse, que Froissart evalneäi pres de cent mille 
hommes, composee de la fleur de lachevalerie, apres de nombreux assauts, 
des traits de bravoure inouis, ne peutentamer la forteresse; lc duc de Nor- 
mandie, ayant deja perdu beaucoup de monde, se decide a faire un siege 
en regle: a Lendemain (de l'attaque infructueuse du pont du chäteau) 
a vinrent deux maitres engigneurs au duc de Normandie et aux seigneurs 
u de son conseil, et dirent que, si on les vouloit croire et livrer bois et ou 
u vriers a foison, ils feroient quatre grands kas 5 forts et hauts sur quatre 
a grands forts nefs et que on meneroit jusques aux murs du chittel, et 
a seroient si hauts qu'ils surmonteroient les murs du chateau. A ces paroles 
a entenditle duc volontiers, et commande que ces quatre kas fussent faits, 
(f quoi qu'ils dussent coüter, et que on mit en oeuvre tous les charpentiers 
a du pays, et que on leur payat largement leur journee, parquoi ils ouvris- 
u sent plus volontiers et plus appertement. Ces quatre kas furent faits il 
a la devise 5 et ordonnance des deux maitrcs, en quatre fortes nefs; mais 
1 Ainsi nommäs parce qu'ils portaient une casnquc uppcläc brigantzäze. 
2 Voyez Etudcs sur le passä et l'avenir de Parlillerzka, par le prince Napolnäon-Louis 
Bonaparte, t. I", p. 16 et suiv. 
3 A Crdcy.  
' Fils de Philippe de Valois, le roi Jean, pris ä Poitiers. 
5 La suite de la narration indique que ces kas dtaicnt des beffrois ou chas-chaicils. 
Ü Conformänlent au projet.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.