Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Abaque-Aronde]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1100478
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1104804
395 
ARCHITECTURE 
de Froissart que nous donnons en note tout au long, fait comprendre 
ce quüätait pendant la premiäre moitie du Xlv" siecle une armee fran- 
Qaise, et quel peu de cas la noblesse faisait de ces troupes de bidauds, 
(cjns a terre tout bellement,_sitot qutils virent les Frangois approcher, ils se levizrent 
a moult ordonnement, sans nul effroi, et se rangerent en leurs batailles (divisions), celle 
a du prince tout devant, leurs archers mis en maniere d'une herse  (formant une ligue 
dentelee de maniere a ne pas se gener les uns les autres pendant le tir), a et les gens 
u d'armes au fond de la bataille. Le conte de Narliantonne et le conte d'Arondel et leur 
a bataille, qui faisaient la seconde, se tenoient sur aile bien ordonnement, et avises et 
a pourvus pour conforter le prince, si besoin etoit. Vous devez savoir que ces seigneurs, 
a rois, ducs, contes, barons frangois, ne vinrent mie jusques la tous ensemble, mais l'un 
a devant, l'autre dcrriere, sans arroy et sans ordonnance. Quand le roi Philippe vint jus- 
a ques sur la place ou les Anglois etoient pres de u arretes et ordonne-s, et il les vist, le 
a sang lui mua, car il les heoit; et ne se fut adonc nullement relrene ni abstenu d'eux 
a combattre, et dit a ses mareschaux : a Faites passer nos Gennevois devant et commencer 
a la bataille, au nom de Dieu et de monseigneur saint Denys. n La avoit de cesdits Gennevois 
a arliailctriers, environ quinze mille qui eussent eu aussi cher neant que commencer 
a adonc la bataille; car ils etoient durement las et travailles d'allier a pied ce jour plus 
a de six lieues, tous armes, et de leurs arhaletres porter; et dirent adonc a leurs 
a connetables qu'ils ifütoient mie adonc ordonnes de faire grand exploit de bataille. 
a (les paroles volereutjusques au conte dllllengon, qui en fut durement courrouce et dit 1 
a On se doit bien charger de telle ribaudaille qui taillent au besoin..... n 
a  Quand les Gennevois furent tous recueillis et mis ensemble, et ils durent appro- 
a cher leurs ennemis, ils commenceront a crier si tres-haut que ce fut merveilles, et le 
a firent pour ebaliir les Anglois : mais les Anglois se tinrent tous cois, ni oncques n'en 
a firent semblant. Secoudemcnt encore crierent eux aussi, et puis allerent un petit pas 
a en avant: et les Anglois restoient tous cois, sans eux mouvoir de leur pas. Tiercement 
a encore crieront moult haut et moult clair, et passeront avant, et tendirent leurs arba- 
a letres et commenceront a traire. Et ces archers dhllngletcrre, quand ils viirent cette 
a ordonnance, passeront un pas en avant, et puis tirent voler ces sagettes de grandTacon, 
a qui enlrerent et descendirent si ouniement sur ces Gennevois que ce scmhloit neige. 
a Les Gennevois, qui n'avoient pas appris a trouver tels archers qui sont ceux d'Angle- 
a terre, quand ils sentirent ces sagettes qui leur pcrgoient bras, letes et ban-levres 
a (le visage), furent tantost deconlits; et couperent les plusieurs les cordes de leurs arcs et 
r: les aucuns les jetoient jus : si se mirent ainsi au retour. 
a Entre eux et les Frangois avoit une grandlhaie de gens d'armes, montes et pares 
c: moult richement, qui regardaient le convenant des Gennevois; si que quand ils cuiderent 
a retourner, ils ne purent, car le roy de France, par grand mautalent, quand il vit leur 
c: povre arroy, et qu'ils deconlisoient ainsi, commanda et dit: a Or tät, tuez toute cette 
a ribaudaille, car ils nous empeschent la voie sans raison. n La vissiez gens (l'ai-mes en tous 
a lez entre eux ferir et frapper sur eux, et les plusieurs trebucher et cheoir parmi eux, 
a qui oncques ne se relevercnt. Et toujours traioient les Anglois en la plus grandpresse, qui 
a rien ne perdait de leur trait; car ils empalloient et lesoient parmi le corps on parmi 
a les membres gens et chevaux qui la cheoicnt et trebuchoient a grand meschef, et ne 
üpouvoignt 5m; rgleves, si ce n'etoit par force et grandüiide de gens. Ainsi se commenga 
u la bataille entre Broye et Crecy en Ponthieu, ce samedi a heure de vespres. n (Froissart, 
Bataille de Cräcy, chap. cctxxxvu.)
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.