Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Abaque-Aronde]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1100478
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1104652
ARCHITECTURE 
380 
bien fortiiiees, et, lorsqu'ils existaient, c'est qu'ils avaient eue imposes par 
1a configuration du terrain, afin de dominer un escarpement, de com- 
mander une route ou une riviere, et pour empecher l'ennemi de sQ-Stablir 
de plain-pied au niveau de la base des remparts. 
Jusqu'au XIVe siecle, les portes etaient munies de vantaux bien doubles, 
de herses, de machicoulis, de breteches a doubles et triples etages, mais 
elles ne possedaientpas de ponts-levis.Dans les chateaux, souvent des ponts 
volants ou ä. bascule, enbois, qu'on relevait en cas de siege, interceptaient 
oompletement les communications avec le dehors; mais dans les enceintes 
des villes, des barrieres palissadees ou des barbacanes defendaient les ap- 
proches; du reste, une fois la barriere prise, on entrait ordinairement dans 
la ville de plain-pied. Ce ne fut guere qu'au commencement du x1v' siecle 
que l'on commenca d'etablir, a Fentree des ponts jetes sur les fosses 
devant les portes, des ponts-levis de bois tenant aux barrieres (fig. 27), ou 
a des ouvrages avances de maconnerie  Puis bientot, vers le milieu 
du xlv" siecle, on appliqua le pont-levis aux portes elles-memes, ainsi 
qubnpeut levoir au fort de Vincennes , entre autres exemples (voy.PonTE). 
Cependant nous devons dire que dans beaucoup de cas, meme pendant 
les xIv' et xve siecles, les ponts-levis furent seulement attaches aux ou- 
vrages avances. Ces ponts-levis etaientdisposes comme ceux generalement 
employes aujourd'hui, dest-a-dire composes d'un tablier de charpente qui 
se relevait sur un axe, au moyen de deux chaines, de leviers et de contre- 
poidsgen se relevant, le tablier fermait (comme il ferme encore dans nos 
forteresses) Pentree du passage. Mais on employait pendant les X110, X1118 
et xlv" siecles d'autres genres de fermetures a bascule : on avait le tapecu, 
' Enträe du chäteuu de Montargis, du cütä de la route de Paris 51 Üfläanä. (Ducerceau, 
Les plus ezcellens bastimens de France.)
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.