Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Abaque-Aronde]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1100478
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1104608
 375  [ ARCHITECTURE 1 
de larges tranohees et faire tomber un ouvrage entier, trouvaient derriere 
le percement un ennemi qui les attendait dans les salles basses au niveau 
du sol. Uassaillant eut-il penetre dans ces salles en tuant les defenseurs, 
qu'il ne pouvait monter aux etages superieurs que par des escaliers etroits 
facilement barricades et munis de portes ou de grilles. 
Nous devons faire observer que les defenses exterieures, les tours des 
lices, etaient percäes de meurtrieres permettant a Yassiege un tir rasant, 
afin de defendre les approches a une grande distance, tandis que les meur- 
trieres des tours et courtines des secondes enceintes ctaient percees de 
facon a faciliter le tir plongeant. Toutefois ces ouvertures, qui n'avaient 
a Pexterieur que 0'210 de largeur environ, et 1'" a 1'250 a Pinterieur, ser- 
vaient plutot a reconnaitre les mouvements des assiegeants et a donner 
du Jour et de l'air dans les salles des tours qu'a la defense; elles battaient 
les dehors suivant un angle trop aigu, surtout quand les murs des tours 
sont epais, pourqu'il fütpossible denuire serieusement aux assaillants, en 
decochant des carreaux, des sagettes ou viretons par ces fentes etroites 
(voy. Toun). La veritable defense etait disposee au sommet des ouvrages. 
La, en temps de paix,et quand les hourds n'ctaient pas montes, le mur du 
parapet, dont l'epaisseui' varie de 0'250 a  perce dlarchcres rappro- 
chees, dont l'angle d'ouverture est generalement de 600, battait tous les 
points des dehors; les creneaux, munis de portieres de bois roulant sur 
un axe horizontal et qu'on relevait plus ou moins au moyen d'une cre- 
maillere, suivant que l'ennemi etait plus ou moins eloigne, permettaient 
de decouvrir facilement les fosses et la campagne en restant a couvert. 
(Voy. GRENEAU, MEURTRIERE.) 
Les tours rondes ilanquant les courtines resistaient mieux a la sape et 
aux coups du belier que les tours carrees ; aussi avaient-elles ete adoptäes 
D 
1s '  5  IÄÄjf  f  c 
A. 
des les premiers siecles du moyen äge. Mais jusquüi la {in du X119 siecle 
leur diametre etait petit; elles ne pouvaient contenir qu'un nombre tres- 
restreint de defenseursdeur circonference peu etendue ne permettait 
d'ouvrir que deux ou trois meurtrieres ä chaque etage, et par consequent 
elles battaient faiblement les deux courtines voisines : leur dianfctre fut 
augmente au  furent munies] (Yetagcs jusqu'au ni- 
veau du fosse. Il etait plus facile aun assiegeant de battre une tour qu'une 
courtine (fig. 22); car une fois loge au pointA, du momentquül avait de-
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.