Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Abaque-Aronde]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1100478
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1104391
[ ARCHITECTURE 1  35h  
qu'au chateau F. Ces rampes sont disposees de maniere a etre commandees 
par les defenses exterieures du chateau ; ce n'est qifapres avoir traverse 
plusieurs portes et suivi denoinlareux detours, que Fassaillant (admettant 
qu'il se füt empare dela barbacane) pouvait arriver a la porte L, et la illui 
fallait, dans un espace etroit et completement battu par des tours et mur 
railles fortelevees, faire le siege en regle du eliateau, ayant derriere lui un 
escarpement qui interdisait l'emploi des engins et leur approche. Du cote 
de la ville, ce chateau etait defendu par un large fosseN etuue barhacaneli, 
batie par saint Louis. De la grosse bEIFbZICHDO 51 la porte de l'Audeei1 C on 
montait parun chemin roide, creneletlu cote delavallee de maniereii de- 
fendre tout l'angle rentrant forme parles rampes du chateau etles murs de" 
la ville. En B estsituee la porte Narbonnaise, M'est, qui etait. munie d'une 
harbacane etprotegee par un fosse et une seconde barbaeanepztlisszidee seu- 
lement. En S,du cote oü l'on pouvait atteindre au bas des murailles presque 
de plain-pied, est un large fosse. Ce fosse etses approches sont comman- 
des par une forte et haute tour 0, veritable donjon isole, pouvant soutenir 
un siege a lui seul; toute la premiere enceinte de ce cote füt-elle tombee au 
pouvoir des assaillants. Nous avons tout lieu de croire que cette tour commu- 
niquait avecles muraillesinterieures au moyen d'un souterrain dans lequel 
on penetrait par un puits dans Petage inferieur de ce donjon, mais qui, 
etant comble aujourd'hui, n'a pu etre encore reconnu. Les lices sont com- 
prises entre les deux enceintes de la porte Narbonnaise, en X,Y,jusqu'21 la 
tour du coin en Q. Si Fassiegeant s'emparant des premieres defenses du cote 
du sud, et s'il voulait, en suivant les lices, arriver ala porte de l'A ude en C, 
il se trouvait arrete par une tour carree R, a cheval surles deux enceintes, 
etmunie de barrieres et de machieoulis. S'il parvenait a passer entre la porte 
Narbonnaise et la barbac-ane en B, ce qui etait difficile, il lui fallait fran- 
chir, pour arriver en V dans les lices du nord-est, un espace etroit, com- 
mande parune enorme tour M, dite tour du Tresau. De V en T, il etait pris 
en flanc par les hautes tours des Visigoths, reparees par saint Louis et. 
Philippe le Hardi, puis il trouvait une defense alangle du chateau. En D 
est une grande poterne protegee par une barbacane P, (Pautres poternes 
plus petites sont' reparties le long de l'enceinte et permettent a desrondes 
de faire le tour des lices, et meme de descendre dans la campagne sans 
ouvrir lesportes principales. (Ietait 151 un point important; on remarquera 
que la poterne percee dans la tour D, et donnant sur les lices, est placee 
lateralement, masquee par la saillie du contre-fort d'angle, et le Seuil (le 
cette poterne est a plus de 2 metres au--dessus du sol exterieur; il fallait 
donc poser des eehelles pour entrer ou sortir. Aux precautions sans nom- 
ihre que l'on prenaitalors pour defendre les portes, il est naturel de suppo- 
ser que les assaillants les consideraient toujours comme des points faibles 
Uartillerie a modifie cette opinion, en changeant les moyens d'attaque; 
mais alors on eoncoit que, quels que fussent les obstacles aceumules au- 
tour d'une entree, Fassiegeant preferait encore tenterde les vaincre plu- 
totque de venir se loger au pied d'une tour epaisse pour la saper a main
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.