Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Abaque-Aronde]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1100478
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1100949
 9  [ ACCÜLADE ] 
fondation ancienne, c'est toujours sous l'abside que se trouvent plagäes 
les cryptes; aussi le sol des absides, autant par suite de cette disposition 
que par tradition, se trouve-t-il eleve 
de quelques marches au-dessus dusol J, z- K 43   x 
de la nef et des transsepts. Les eglises " "a 
de Saint-Denis en France et de Saint-    
Benoit-sur-Loire presentent des exem-  
ples complets de cryptes reservees sous -1- i il 
les absides, et construites de maniere  ,  
     11h50  
a relever le pave des ronds-points de  
quinze a vingt marches au-dessus du niveau du transsept. (Voy. CnYrTE.) 
Parmi les absides les plus remarquables et les plus eompletes, on peut 
citer celles des eglises d'Ainay a Lyon, de YAbbaye-aux-Dames a Caen, 
de Notre-Dame du Port 51 Clermont, de Saint-Sernin a Toulouse, x16 ct 
x11" siecles; de Brioude, de Fontgombaud; des cathedrales de Paris, 
de lteims, dÄÄmiens, de Bourges, dletuxcrre, de Ghartres, de Beauvais, 
de Seez; des eglises de Pontigny, de Vezelziy, de Semur en Auxois, 
N11" et Xllle sibeles; des catheclralcs de Limoges, de Narbonne, (YAUJI; 
de Feglise Saint-Onen de Rouen, XIVÜ siecle; de la cathedrale de Tou- 
louse, de Yeglise du Mont-Saint-Michel en mer, xvf sieele; des egliscs 
Saint-Pierre de Caen, Saint-Eustache de Paris, de Brou, XVle siecle. 
Generalement les absides sont les parties les plus anciennes des edifices 
religieux : l" parce que eiest par cette partie que la construction des 
eglises a ne commencee; 2" parce qu'etant le lieu saint, celui ou s'exerce 
1e culte, on a toujours du hesitcr a modifier des dispositions tradition- 
ÜÜÜÜS; 3" PHFUG que, par la nature meme de la construction, cette partiä 
des monuments religieux du moyen age est la plus solidejcelle qui re- 
siste le mieux aux poussees des voütes, aux incendieS, et (ILÜ se ÜÜÜVÜ: 
dans notre climat, tournee vers la meilleure GXPÜSÜÄÜP- 
Il est cependant des exceptions a cette regle, mal? elles SOU-t 215592 
rares, et elles ont ete motivees par des aceideiltS 11311191111915, 011 Pflfce 
que, des sanctuaires anciens ayant ete conserves pendant, 41110 1A0_H 
reconstruisait les nefs, on a du, apres que celles-ci etaient elevees, rebatir 
les alisides pour les remettre en har- 1  
moine avec les nouvelles dispositions.    m"  
v  w   "a 
   Wuii 
ACCOLADE, s. f. On donne ce nom a Mphijm "fx 
certaines courbes qui Couronnent les  "f" 
linteaux des portes et fenetres, particu- " "li QÄÜ  _  
lierement dans l'architecture civile. Ce "M'a i  prix 
ifest guere que vers la fin du XIVÜ siecle  l a impie l 
que l'on commence a "employer ces W ini  itä   
formes engendrees par des arcs de   
cercle, et qui semblent uniquement destinees a orner les faces exterieureä 
des linteaux. Les accolades sont, a leur origine, äpeine apparentes (fig. i); 
1.  2
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.