Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Abaque-Aronde]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1100478
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1104221
 337  [ ARCHITECTURE 1 
poses de fosses et de palissades; les portes etaient alors ouvertes laterale- 
ment, de maniere a obliger l'ennemi qui les voulait forcer de se presenter 
de flanc devant les murs de la place. 
Si du lv" au ve siecle le systeme defensif de la fortification romaine 
s'etait peu modifie, les moyens d'attaque avaient necessziirement perdu de 
leurvaleur ; la mecaniquejouait un grand rele dans les sieges des places, 
et cet art n'avait pu se perfectionner ni meme se maintenir sous la domi- 
nation des peuplades barbares au niveau ou les Romains l'avaient place. 
Le peu de documents qui nous restent sur les sieges de ces epoques accu- 
sent une grande inexperience de la part des assaillants. Il etaittoujours 
difficile d'ailleurs de tenir des armees irregulieres et mal disciplinees 
devant une ville qui resistait quelque temps; et si les sieges trainaient en 
longueur, Fassaillant etait presque certain de voir ses troupes se debander 
pour aller piller la campagne; alors la defense l'emportait sur l'attaque et 
l'on ne semparait pas d'une ville defendue par de bonnes murailles et une 
garnison lidele. Mais peu a peu les moyens d'attaque se perfectionnerent 
ou plutot furent suivis avec une certaine methode. Lorsqu'on voulut in- 
vestir une place, on etablit, ainsi que Fantiquite l'avait pratique, deux 
lignes de remparts de terre ou de bois, munis de fosses, l'une du cote de 
la place, pour se prelnunir contre les sorties des assieges et leur oter toute 
communication avec le dehors, qui est la ligne de contrevallation; l'autre 
du cote de la campagne, pour se garder contre les secours exterieurs, qui 
est la ligne de circonvallation. On opposa aux tours des remparts attaques 
des tours mobiles de bois plus clevees, qui commandaient les remparts des 
zissieges, et qui permettaient de jeter sur les remparts, au moyen de ponts 
volants, de nombreux assaillants. Les tours mobiles avaient cet avantage 
de pouvoir etre placees en face des points faibles de la defense,contre des 
courtines munies de chemins de ronde peu epais, et par consequent n'op- 
posant qu'une ligne de soldats contre une colonne d'attaque profonde et se 
preeipitant sur les murailles de haut en bas. On perfectionna le travail du 
mineur et tous les engins propres abattre les murailles; des lors l'attaque 
Femporta sur la defense. Des machines de guerre des Romains les armees 
des premiers siecles du moyen agc avaient conserve le belier (mouton en 
langue d'oil, basson en langue d'oc). Ce fait a quelquefois me revoquä en 
doute, mais nous possedons les preuves de l'emploi, pendant les X6, XIe, 
Km, xivc, xve et mernc xvrt siecles, de cet engin propre a battre les mu- 
railles. Voici les copies de vignettes tirees de manuscrits de la Bibliotheque 
nationale, qui ne peuvent laisser la moindre incertitude sur l'emploi 
du belier. La premiere (llg. 9 bis) represente l'attaque des palissades ou 
des lices entourant une fortification de pierrel : on y distingue parfaite- 
ment lc belier, porte sur deux roues et pousse par trois hommes qui se 
couvrent (la leurs targes ; un quatrieme assaillant tient une arbalete. 
1 Haimonis Comment. in Ezech. , Bibliülll- 
Germain, lutin, 303. 
nation" manuscrl 
xc siäcle, fonds Saint,-
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.