Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Abaque-Aronde]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1100478
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1103907
 305  [ lxncnrrecrune ] 
a l'est, le batiment des elrangers; a la suite du petit cloitre, au sud, des 
granges, des celliers, des (lependances pour les princesses du sang royal, 
qui venaient souvent resider a l'abbaye de Poissy; puis de beauxjardins, 
viviers, etc. Une des raisons qui contribuaient le plus äjeter une grande 
confusion clans les dispositions des baliments des etablissements monas- 
tiques, (fetait cette habitude prise par les rois, reines ou princesses, par 
1a haute noblesse seculiere, surtout a partir du X1112 siecle, de faire des 
sejours souvent assez longs dansles abbayes, qui prenaient alors le titre de 
royales. A l'abbaye des dames de Maubuisson, nous avons vu le logis du roi; 
a Poissy, tonte une portion considerable des batiments du monastere etait 
reservee aux membres de la famille royale. Get usage ne Iit que prendre 
plus de consistance pendant le xivt sieele. Philippc de Valois, en 1333, 
datait ses lettres d'Etat de l'abbaye du Val, ou il residait. Charles V y 
demeura egalement en 1369. A la fin du Xlll" siecle, le tresor des rois de 
France etait depose au Temple a Paris; le roi Philippe le Bel y prit quel- 
quefois son logement avant l'abolition de l'ordre; il y demeura en 1304, 
depuis le 16 janvier jusqu'au 25 fevrier 1. Souvent les personnes royales 
se faisaient enterrer dans les eglises monastiques fondees ou enrichies par 
elles : la rnere de saint Louis, la reine Blanche, fut enterree dans le chuaur 
de Peglise de Maubuisson; une sceur du merne roi etait morte et avait etc 
ensevelie a Clnny. Et enlin chacun sait que la grande eglise de l'abbaye 
de Saint-Denis fut consacree a la sepulture des rois de France depuis les 
commencements de la monarchie. 
Au X111" siecle, l'enceinte des abbayes servait aussi de lieu de reuniou 
aux souverains qui avaient a traiter des affaires d'une grande importance. 
Lorsque Innocent IV fut force de quitter Romc et de chercher dans la, 
frliretiente un lieu ou il püt, en dehors de toute influence, venger l'abais- 
sement du trone pontilical, il choisit la ville de Lyon; et la, dans 1e refec- 
toire du couvent de Saint-Just, en Fannee 12115, il ouvrit le concile generzil 
pendantlequel la dcposition de l'empereur Frederic lI fut proclamee. Les 
eveques dlallemagne et dlängleterre n'y voulurent point paraitre, et 
saint Louis meme s'abstint; il ne put toutefois refuser l'entrevue que le 
souverain pontife sollicitait, et l'abbaye de Cluny fut prise pour lieu de 
rendez-vous. Le pape attendit quinze jours le roi de_ France, qui arriva 
avec sa IIIÜPO (il S05 fPÜPGS, IICCOmpHgHe de trois cents sergents d'armes et 
il" une multitude de chevaliers. De son cote, le pape avait avec lui dix-huit 
eveques. Voici comment la chronique du monastere de Gluny parle de 
cette entrevue? : a Et il faut savoir que, dans l'interieui' du IIIOHaSIEBPC, 
rceurent Fhospitalite le seigneur pape avec ses chapelains et toute sa 
cour; Veveque de Senlis avec sa maison; Yeveque d'Evreux avec sa mai- 
sOD; le seigneur roi de France avec sa mere, son frere, sa soeur et toute 
leur suite; le seigneur empereur de Constantlnolale avec toute sa cour; 
Hisl. du rlzbc. de Paris, par Fabbü Lcbeuf, t. 10', p. 332, cl l. V, p. 216. 
Ilzlst. de l'abbaye rIc Cluny, par M. P. Lorain, p. 15h et suiv. 
1.  39
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.