Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Abaque-Aronde]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1100478
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1103739
[ ARCHITECTURE ]  288  
breux aux couvents, etlivree des le xniesiecle exclusivementa la carriiire 
des armes, commencant a dedaigner la vie religieuse, qui n'oll"rait plus 
qu'une existence interieure et bornee, elle laissa bientot ainsi les ordres 
monastiques tomber dans un etat qui ressemblait passablement acelui de 
riches et paisibles proprietaires reunis en commun sous une discipline 
qui devenait de moins en moins rigide. Bientot les abbes, c-onsideres par 
le roi comme des seigneurs feodaux, ne pouvaient, comme tels, se mettre 
en dehors de l'organisation politique etablie : tant que les pouvoirs 
seculiers etaient divises, il leur etait possible, sinon facile de maintenir 
et meme d'accroitre le leur; mais quand ces pouvoirs feodaux vinrent se 
confondre dans la royaute basee sur Funite nationale, la lutte ne pouvait 
durer; elle n'avait pas de but d'ailleurs, elle etait contraire a l'esprit 
monastique, qui n'avait fait que tracer la route aux pouvoirs pour arriver 
a Funite. Les grands etablissements religieux se resignerent donc, et 
tresserent de paraitre sur la scene politique. L'ordre du Temple seul, par 
sa constitution, put continuer a jouer un role dans Flitzit, et a prendre 
une part active aux affaires exterieures; reunissant les restes de la puis- 
sance des ordres religieux et la force militaire, il dut faire ombrage b. la 
royaute, et l'on sait comment, au commencement du xlv" siecle, cette 
institution fut aneantie par le pouvoir monarchique. 
L'influence de la vie militaire sur la vie religieuse se fait sentir des le 
xme sieele dans l'architecture monastique. Les constructions eleveesparles 
abbes a cette epoque se ressentent de leur etat politique; seigneurs feo- 
daux, ils en prennent lesallures. Jusqu'alors si les couvents etaient entoures 
d'enceintes, (fctaient plutot des clotures rurales que des murailles propres 
a resister a une attaque a main armee; mais la plupart des monasteres 
que l'on batit au X1118 siecle perdent leur earactere purement agricole pour 
devenir des villce fortitiees, ou meme de veritables forteresses, quand la 
situation des lieux le permet. Les abbayes de l'ordre de (liteaux, erigees 
dans des vallees creuses, ne permettaient guere l'application d'un systeme 
defensif qui eut quelque valeur; mais celles qui appartenaient a d'autres 
regles de l'ordre benetlictin, construites souvent sur des penchants de 
coteaux, ou meme des lieux escarpes, s'entourent de defenses etablies de 
facon a pouvoir soutenir un siege en regle, ou au moins se mettre a l'abri 
d'un coup de main. Parmi les abbayes qui presentent bien nettement le 
caraetere d'un etablissement a la fois religieux et militaire, nous citerons 
l'abbaye du ltlont-Saint-ltlichel en mer. Fondee, si l'on en croit les legendes, 
vers la fin du Ville siecle, ellefutaplusieurs reprises devastee par les guerres 
et les incendies. En 11203, devenue vassale du domaine royal, elle fut 
presque totalement reconstruite par 1'abbe.lourdztin au moyen de sommes 
considerables que lui envoya Philippe-Auguste; les batiments nouveaux 
furent continues par les successeurs de cet abhe jusque vers 1260. 
Le montSaint-Michel est situe au fond d'une baie sablonneuse couverte 
chaque jour par FOcean aux heures des marees, non loin de Pontorson et 
d'Avranches. (Yetait un point militaire important a cette epoque Qü 1a
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.