Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Abaque-Aronde]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1100478
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1103350
1, ARCHITECTURE ]  250  
nait ainsi la metropole et la iete. Ce systeme fut bientot compris et adopte" 
par d'autres etablissements monastiques, et notamment par (liteaux, 
fonde en 1098. Conservant la regle de Saint-Benoit, ces agregations ne 
dilleraient entre elles que par le centre däiutorite monastique, par les di-- 
vers moyens imagines pour maintenirfesprit benedictin, et par une plus 
ou moins grande austerite dans la discipline commune. Nulle ne se propo- 
sait, a vrai dire, une autre lin que celle de ses compagnes. (le ifetait point 
la proprement des differences d'ordres, mais seulement de congrdgatiofzs. 
Partout la regle de Saint-Benoit demeurait sauve, et par la Punite de 
l'ordre se maintenait intacte, maigre des rivalites qui eclaterent plus. 
121111 1. i) 
Ces reformes etaient devenues bien necessaires, car depuis longtemps. 
les abbes et les moines avaient ctrangement fausse la reglc de Saint-Be- 
noit. Pendant les invasions des Normands particulierement, la discipline- 
setait perdue au milieu du desordre general, les abbayes etaient deve- 
nues des forteresses plus remplies d'hommes d'armes que de religieux  
les abbes eux-memes commandaient des troupes laiques, et les moines, 
chasses de leurs monasteres, etaient obliges souvent de changer le froc 
contre la cote d'armes 2. Toutefois, si apres les reformes de Gluny et de 
(liteaux, les abbes ne se melerent plus dans les querelles armees des sei- 
gneurs laiques, ils ne demeuraient pas moins seigneurs feodaux, agissant 
comme tels et etant ainsi obliges de s'occuper d'interets temporels ; leur 
instruction, leur habitude du gouvernement de grands domaines et 
d'un personnel nombreux, faisaient qu'ils etaientzippeles par les souve- 
rains non-seulement pour reformer des monasteres, mais aussi comme 
conseillers, comme ministres, comme ambassadeurs. Des avant les 
grandes associations clunisiennes et cistercien nes, on avait senti le besoin 
de reunir en faisceau certaines abbayes importantes. Vers Sli2, Yabbe de 
Saint-Germain des Pres, Ebroin et ses religieux avaient forme une asso- 
ciation avec ceux de Saint-Remi de Reims. Quelque temps auparavant 
les moines de Saint-Denis en avaient fait autant. Par ces associations, 
les monasteres se promettaient une amitie et une assistance mutuelle 
tant en sanle qu'en maladie, avec un certain nombre de prieres qu'ils 
sobligeaient de faire apres la mort de chaque religieux des deux coin- 
munautes 3. Mais c'est sous saint Odon et saint ltlaieul, abbes de Cluny, 
que la regle de Saint-Benoit reformee va prendre un lustre tout nouveau, 
fournir tous les hommes d'intelligence et d'ordre qui, pendant pres (le 
deux siecles, auront une influence immense dans l'Europe occidentale, 
car Cluny est le veritable berceau de la civilisation moderne. 
1 Histoire de l'abbaye de Cluny, par M. P. Lorain. 
2 En 893, un abbä de Saint-Denis, Eblcs, fut tucä en Aquitaixxc d'un coupdc pierre 
51 l'attaque du chäteau qu'il assiägeait comme capitaine d'une troullc de soldats. (Hzsf. 
de l'abbaye 11e Saint-Denys, par D. Ifälibien, p. 100.) 
3 Hist. de l'abbaye de Saint-Germain des Präs, par D. Bouillnrd. Paris, 17211, p. 30-
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.