Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Abaque-Aronde]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1100478
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1103266
 2M  [ ARCHITECTURE I 
et surtout italiens, nous etait venue avec la renaissance, avec la protec_ 
tien aceordee par la coura tout ce qui venait dtoutre-monts. La monar- 
chie, qui, du xnfau xvlesiecle, avait grandi au milieu de cette population 
d'artistes et d'artisans franeais, dont le travail et le genie n'avaient pas  
peu contribue a augmenter sa gloire et sa puissance, oubliant son origine 
toute nationale, tendait dorenavant a imposer ses goüts äla nation. Du  
jour ou la cour pretendit diriger les arts, elle etouffa le genie naturel 
aux vieilles populations gallo-romaines. La protection doit etre discrete, 
si elle ne veut pas effaroucher les arts, qui, pour produire des muvres  
originales, ont surtout besoin de liberte. Depuis Louis XlV, les architectes 
qui paraissaient presenter le plus d'aptitude, envoyes a Home sous une 
direction academique, jetes ainsi en sortant de Fecole dans une ville dont 
ils avaient entendu vanter les innombrables merveilles, perdaient peu a 
peu cette franchise d'allure, cette originalite native, cette methode expe- 
rimentale qui distinguaient les anciens maitres des oauvres; leurs cartons 
pleins de modeles amasses sans ordre et sans critique, ces architectes 
revenaient etrangers au milieu des ouvriers qui jadis etaient comme une 
partie deux-memes, comme leurs membres. La royaute de Louis XIV 
Sisolait des populations rurales en attirant la noblesse feodale a la cour 
pour affaiblir une influence contre laquelle ses predecesseurs avaient eu 
tant de luttes a soutenir; elle s'isolait egalement des corporations d'ou- 
vriers des grandes villes, en voulant tenir sous sa main et soumettre a son 
gent la tete des arts; elle croyait ainsi atteindre cette unite politique et 
intellectuelle, but constant de la monarchie et des populations depuis le 
xne siecle, et ne voyait pas qu'elle se plaeait avec sa noblesse et ses artis- 
tes en dehors du pays. Cet oubli d'un passe si plein d'enseignement etait 
bien complet alors, puisque Bossuet lui-meme ne trouvait que des expres- 
sions de dedain pour notre ancienne architecture religieuse, et n'en com- 
prenait ni le sens ni l'esprit. 
ARCHITECTURE MÜNASTIQUE.  Pendant les premiers sieeles du chris- 
tianisme, des chretiens, fuyant les exces et les malheurs auxquels la societe 
nouvelle ctait en butte, setablirent dans des lieux deserts. C'est en Orient 
oü l'on voit d'abord la vie cenobitique se developper et suivre, des le 
w" siecle, la regle ecriteparsaint Basile ; en Occident, les solitudes se peu- 
plent (le religieux reunisparles regles de saint Colomban et de saint Ferrcol. 
Mais alors ces premiers religieuigretires dans des eavernes,dans des ruines, 
ou dans des huttes separees, adonnes a la vie contemplative, et cultivant 
quelques coins de terre pour subvenir a leur nourriture, ne formaient 
pas encore ces grandes associations connues plus tard sous le nom de mo- 
uastäres; ils se reunissaient seulement dans un oratoire construit en bois 
ou en pierre seche, pour prier en commun. Fuyant le monde, professant 
111 plus grande pauvrete, ces hommes näpportaient dans leurs solitudes 
ni art, ni rien de ce qui pouvait tenter la cupidite des barbares ou des 
l.  31
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.