Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Abaque-Aronde]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1100478
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1103090
des eglises avaient eie detruites pendant les guerres civiles, resultat de la 
lutte des heresiarques avec le catholicisme, et il est diflicile aujourd'hui 
de savoir, a cause de la rarete des exemples, quelle etait la marche suivie 
par cette architecture. Parmi les monuments religieux anterieurs au 
XIIe siecle, nous trouvons des plans qui rappellent les dispositions de ceux 
du Poitou, d'autres qui ont les rap- 
[Xi ports les plus directs avec ceux de 
x  mmwpumt . - FAuVerffne: telles sont, ar exemple, 
f  la granite eglise de SaiInt-Sernin de 
i?   f A   Toulouse, la partie ancienne des ca- 
 f X1 T! thedrales d'Auch et de Saint-Papoul; 
 mai.  H li! d'autres enfin quisont construits dans 
  des donnees qui paraissent ap artenir 
l  au comte de Toulouse : ce soiit ceux- 
 XX la dont nous nous occuperons parti- 
 i culierement. 
I  x X NM XXX  tNious avons vn que la plupart des 
XXXX X  edifices religieux du Nord, du Poilou, 
413 de l'Auvergne et de la Bourgogne 
procedaient de la basilique latine. 
Dans une partie de l'Aquitaine et sur 
   les bords du Rhin, par exception, des 
 eglises avaient ete elevees sans collate- 
 f raux. En Provence et sur le territoire 
du comte de Toulouse, nous retrou- 
vons, avant le xme sieele, des traces 
 {L de monuments religieux qui proce- 
" daient d'une disposition antique dont 
X m] , la basilique de Constantin ä Home 
est 1e type : c'est une nef couverte par 
des voütes d'arete contre-butees par des contre-forts interieurs reunis par 
des berceaux plein cintre (fig. 118). Les cathedrales de Marseille et deFrejus, 
monuments presque antiques, ont encore conserve cette donnee. Dans le 
comte de Toulouse, sauf la partie ancienne de la cathedrale de Toulouse, 
qui date du xne sieele,les autres ediiiees anterieurs aux guerres des albi- 
geois, et qui etaient construits d'apres ce systeme, n'existent plus; mais des 
le x11? siecle, sitot apres les desastres, nous voyons reproduire ce mode 
de bätir les edifices religieux. Dans la ville basse de Garcassonne, les deux 
eglises elevees par les habitants, sur l'ordre de saint Louis, reproduisent 
cette disposition de nefs sans collateratix, avBC COIÜYfPfOPtS lnlerieurs 
eontre-butant la voüte principale; seulement. aIOPS 111 VOÜW CH arcs (Yogive 
a remplace la voüte (Yarete romaine, et les travees, beaucoup moins larges 
que la nef, forment comme autant de chapelleä CHÜG 168 contre-forts.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.