Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Abaque-Aronde]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1100478
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1100824
les seigneurs seculiers, comme les eveques et les abbes, ne compre- 
naient pas et ne pouvaient comprendre ce que nous appelons les 
droits politiques du peuple : on en a mesuse de notre temps, qu'en 
eut-on fait au x11" sieclel Mais ces pouvoirs separes, rivaux meme 
souvent, laissaient a la population intelligente et laborieuse sa liberte 
d'allure. Les arts appartenaient au peuple, et personne, parmi les 
classes superieures, ne songeait ales diriger, a les faire devier de leur 
voie. Quand les arts ne furent plus exclusivement pratiques par le 
cierge regulier, et qu'ils sortirent des monasteres pour se repandre 
dans cent corporations laiques, il ne semble pas qu'un seul eveque 
se soit eleve contre ce mouvement naturel; et comment supposer 
d'ailleurs que des chefs de Plflglise, qui avaient si puissamment et 
avec une si laborieuse perseverance aide a la civilisation chretienne, 
eussent arrete un mouvement qui indiquait mieux que tout autre 
svmptome que la civilisation penetrait dans les classes moyennes et 
inferieures? Hais les arts, en se repandant en dehors des couvents, 
cntrainaient avec eux des idees demancipation, de liberte intellec- 
tuelle, qui durent vivement seduire des populations avides d'ap- 
PPendre, de vivre, d'agir, et d'exprimer leurs goüts et leurs ten- 
dances. GEL-tait dorenavant sur la pierre et le bois, dans les peintures 
ffl les vitraux, que ces populations allaient imprimer leurs desirs, 
leurs esperanczes; detait la que sans contrainte elles pouvaient pro- 
tester silencieusement contre l'abus de la force. A partir du X116 siecle, 
cette protestation ne cesse de se produire dans toutes les oeuvres d'art 
qui decorent nos edifices du moyen age; elle commence gravement, 
elle s'appuie sur les textes sacres; elle devient satirique a la fin du 
X1110 sieele, et llnit au xvt par la caricature. Quelle que soit sa forme, 
elle est toujours franche, libre, crue meme parfois. Avec quelle com- 
plaisance les artistes de ces epoques s'etendent dans leurs oeuvres sur 
le triomphe des faibles, sur la chute des puissants! Quel est l'artiste 
du temps de Louis XIV qui eüt ose placer un roi dans l'enfer a cote 
d'un avare, d'un homicide? Quel est le peintre ou le sculpteur du 
X1119 siecle qui ait place un roi dans des nuees, entoure d'une aureole,
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.