Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Abaque-Aronde]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1100478
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1102915
ARCHITECTURE 
206 
des gargouilles saillantes au droit des arcsvboutants munis de caniveaux 
(voy. ARC-BOUTANT); puis ces cheneaux furent hordes de balustrades, ce 
qui permettait d'etablir au sommet de Fedilice un circulation utile pour 
surveiller et entretenir les toitures, d'opposer un obstacle a la chute des 
tuiles ou ardoises des combles superieurs sur les couvertures basses. 
Plus les ediüces religieux devenaient importants, eleves, plus il etait 
neccssaire de rendre Facces facile a toutes hauteurs, soit pour reparer 
les toitures, les verrieres et les maconneries a Pexterieur, soit pour tendre 
et orner les interieurs lors des grandes soleniiites. Ce ifetait donc pas 
sans raisons qu'on etablissait a Pexterieur une circulation assez large 
dans tout le pourtour des editices religieux; a la base des combles des 
collateraux en D (fig. 35 et 36), au-dessus du triforium en E, ä la base des 
grands combles en F; a Finterieur en G, dans le triforiuni. Pour ne pas 
interrompre la circulation au droit des piles dans les grands editiees 
religieux du xiiif siecle, on menageait un passage a Finterieur dans le 
triforium, derriere les piles en H, a Fexterietir en l, entre la pile et la 
colonne recevant 1a tete de Farc-houtant. Plus tard les constructeurs, 
ayant reconnu que ces passages avaient nui souvent a la stabilite des 
edilices, monterent leurs piles pleines, faisant pourtoiirner les passages 
dans le triforium et au-dessus, derriere ces piles, ainsi qu'on peut 
l'observer dans les cathedrales 
  de Narbonne et de Limoges; 
33 Ä-l  mil;  maisalorsles bascotes etaient 
{p  H  i     
   r r ) couverts en terrasses dallccs 
ma; t1,  la (He- 38).   
L X {Al x 'D_es besoins nouveaux,l ex- 
 - _Z_ Il]? perience des constructeurs, 
  fä' des habitudes de richesse et 
il]  Hmllqulw ffe- _ A de luxe, moditiaient ainsi 1-61- 
 Tif". pidement. larcliitecture reli- 
  "ps1 gieuse pendant le X1110 vsiecle. 
 E)    q.  Dans le domaine royal on 
mxllxN    remplaqait toutes les ancien- 
  nes eglises romanes par des 
Q:-    monuments concus d apres 
 Tf   X058, un mode tout nouveau. Les 
f'  etablissements religieux qui, 
pendant le XIIB siecle, avaient jete un si vif eclat, et qui, POSSGSSÜÜFS alors 
de biens immenses, avaient eieve de vastes eglrses, penchant VGFS leur 
declin dejii au XIIle siecle, laissaient seuls subsister les monuments qui 
marquaient; repoque de leur splendeur; les prieurcs, les paroisses pauvres 
conservaient par force leurs eglises romanes, en Femplaflant autant C111 11 
etait possible les charpentes par des voütes, commeneant. des reconstruc- 
tions partielles que le manque de ressources les obligeait de laisser ma- 
rhevees souvent; mais tous, riches ou pauvres, etaient possedes de la
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.