Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Abaque-Aronde]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1100478
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1102763
 191  [ ARCHITECTURE 7; 
combinaison des vgütes. Les voütes commandent l'ossature du monument 
au point qu'il est impossible de Yelever, si l'on ne commence par les tracer 
rigoureusement avant de faire poser lCSPFOITIIOPOS assises dela constr11c.. 
tion. Cette regle est si bien etablie, que si nous voyons une eghse du milieu 
du Xllle siecle derasee au niveau des bases, et dont il ne reste que le plan, 
nous pourrons tracer infailliblement les voütes, indiquer la direction de 
tous les arcs, leur epaisseur. A la fin du xrve siecle, la rigueur du systeme 
est encore plus absolue; on pourra tracer, en examinant la base d'un edi- 
iice, non-seulement le nombre des arcs des voütes, leur direction, et recon- 
naitre leur force, mais encore le nombre de leurs moulures etjusqu'i1 leurs 
profils. Au xve siecle, ce sont les arcs des voütes qui descendent eux-memes 
Jusqu'au sol, et les piles ne sontque des faisceaux verticaux formes de tous 
les membres de ces arcs. Apres cela on se demande comment des hommes 
serieux ont pu repousser et repoussent encore Yetude de l'architecture 
du moyen fige comme n'etant que le produit du hasard? 
Il nous faut revenir sur nos pas, maintenant que nous avons trace som- 
mairement l'histoire de la vente, du simple berceau plein cintre et de la cou- 
pole, a la voute en arcs d'ogive. Nous avons vu comment, dans les eglises de 
l'Auvergne, d'une partie du centre de la France, de la Bourgogne et de la 
Champagne, du x6 au xne siecle, les bas cotes etaient surmontes souvent 
d'un triforiunl voute, soit par un demi-berceau, comme a Saint-Etienne 
de Nevers, a Notre-Dame du Port de Clermont, soit par des berceaux per- 
pendiculaires a la nef, comme il Saint-Rami de Iteims, soit par des voütes 
darete, comme dans le porche de Vezelay. Nous retrouvons ces dispositions 
dans quelques eglises normandes, a YADbaye-aux-Honimes de Caen, par 
exemple, ou le triforium est couvert par un berceau butant qui est plus 
qu'un quart de cylindre (voy. ARC-BOUTANT, fig. 119). Dans le domaine royal, 
a la {in du xne siecle, pour peu que les eglises eussent d'importance, le bas 
cote etait surmonte d'une galerie voütee en arcs dogive : detait une 
tribune longitudinale qui permettait, les jours solennels, d'admettre un 
grand concours de {idoles dans l'enceinte des eglises; car, par ce moyen, 
la superficie des collateraux se trouvait doublee. Mais nous avons fait voir 
aussi comment cette disposition amenait les architectes, soit a elever 
demesurementles nefs centrales, soit a sacrifier les jours superieurs ou a ne 
leur donner qu'une petite dimension. La plupart des grandes eglises du 
domaine royal et de la Champagne, baties pendant le regne de Philippe- 
Auguste, possedent une galerie voütee au-dessus des collateranx; nous 
citerons la cathedrale de Paris, les eglises de Mantes et de Saint-Germer, 
les cathedrales de Noyon, de Senlis et de Laon, le choeur de Saint-ltenii 
de Reims, le croisillon sud de la catherlrale de Soissons, etc. Ces galeries 
de premier etage laissent apparaitre un mur plein dans la nef, entre leurs 
voütes et l'appui des fenetres superieures,atin d'adosser les combles a 
Pentes simples qui les couvrent, comme a Notre-Dame de Paris, aMantes; 
ou bien sont surmontees d'un triforium perce danslhdossementdu comble 
et Feclairant, comme aLaon, a Soissons, a Noyon. L'architecte de la C-Üthäf
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.