Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Abaque-Aronde]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1100478
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1102737
ARCHITECTURE 
188 
pour que ces bas cotes soient d'une proportion convenable par rapport 
a leur largeur, et pour qu'ils puissent prendre des jours eleves de faeon 
a eclairer le milieu de la nef, ils ne peuvent avoir moins de 12 metres de 
hauteur jusqu'au la clef des voütes. Il faut couvrir ces bas cotes par un 
comble de 5 metres de poincon, compris Fepaisseur de la voüte; nous 
arrivons ainsi au faitage des combles des bas cotes avec une hauteur de 
17 metrcs. Ajoutons a cela le lilet de ces combles, et l'appui des croisees, 
ensemble l metre, puis la hauteur des fenetres superieures, qui ne peuvent 
avoir moins de deux fois la largeur de l'entre-deux des piles, si l'on veut ob- 
tenir une proportion convenable. Or les bas cotes ayant 7 metres de largeur, 
l'entre-deux des piles de la nef sera de 5'250, ce qui donnera a la fenetre 
une hauteur de il metres. Ajoutons encore Fepaisseur de la clef de ces fene- 
tres  Yepaisseur du formeret  Yepaisseur de la voüte 0'225, le 
bahut du comble 0'260, et nous avons atteint, en nous restreignant aux hau- 
teursles plus moderees, une elevation de 32 metres jusqu'ala base du grand 
Comble, et de 30 metres sous clef. Le vide de la nef entre les piles etant de 
40m,50, elle se trouvera avoir en hauteur trois fois sa largeur environ. Or, 
il est rare qu'une nef de la lin du X118 sieclc, dans un monument a bas 
cotes simples et sans triforium voüte, soit d'une proportion aussi elancee. 
Mais s'il s'agit de construire une cathedrale avec doubles bas cotes comme 
Notre-Dame de Paris; si l'on veut elever sur les bas cotes voisins de la nef 
un triforium voütc, couvrir ce triforium par une charpente; si l'on veut 
encore percerdes fenetres au-dessus de ces combles sous les formerets des 
grandes voutes, on sera forcement entraine a donner une grande elevation 
a la nefcentrale. Aussi, en analysant la coupe transversale de la cathedrale 
de Paris, nous serons frappes de la proportion courte de chacun des 
etages de la construction, pour evitcr de donner a la nefprincipalc une trop 
grande hauteur relativement a sa largeur. Les bas cotes sont ecrases, le 
triforium est bas, les fenetres superieures primitives extremement courtes; 
c'est au moyen de ces sacrifices que la nef centrale de la cathedrale de 
Paris n'a sous clef qu'un peu moins de trois fois sa largeur (voy. fig. 27). 
Caril faut observer que cette largeur des nefs centrales ne pouvait depasscr 
une certaine limite, a cause de la maigreur des points d'appui et du mode 
de construction des voütes maintenues seulement par une loi düäquilibre : 
les nefs les plus larges connues, avec bas cotes, n'ont pas plus de 16'260 
d'axe en axe des piles. Cette necessite de ne pas elever les voütes a de trop 
grandes hauteurs, afin de pouvoir les maintenir, contribua plus que toute 
autre chose a engager les architectes de la {in du xne sieele, dans les pro- 
vinces du Nord, a chercher et a trouver un systeme de ventes dont les clefs 
ne dussent pas depasser le niveau du sommet des fenctres supericures. 
Mais, nous l'avons dit deja, ils etaient embarrasses lorsqu'il fallait poser 
des voütes, meme en arcs d'ogive, sur des parallelogrztmmes. L'ancienne 
methode adoptee dans la voüte d'arete romaine, GOHHZIIÜ 611 IJPOJBIIUOH 
horizontale un carre coupe en quatre triangles egaux par les deux diago- 
nales, ne pouvait etre brusquement mise de cote ; cette configuration res-
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.