Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Abaque-Aronde]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1100478
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1102388
  153  [ ARCHITECTULE ] 
milieu favorable, Ces periodes de production se sont rencontrees partout 
il Certaines äpoqueg; mais ce qui distingue particulierement le siecle qui 
nous occupe, c'est, avec la quantite, Yunite dans la production. Le Xllle 
sieele voit naitre dans l'ordre intellectuel des hommes tels qu'Albert 1e 
Grand, saint Thomas d'Aquin, Roger Bacon, philosophes, encycloperlistes, 
savants et tlieologiens, dont tous les efforts tendent a mettre de la metliode 
dans les connaissances acquises de leur temps, a reunir les debris des 
sciences et de la philosophie antiques pour les soumettre a l'esprit 
cliretien, pour hater le mouvement intellectuel de leurs contemporains. 
Uetiide et la pratique des arts se coordonnent, suivent des lors une 
marche reguliere dans un meme sens. Nous ne pouvons mieux comparer 
le developpement des arts a cette epoque qu'a une cristallisation; travail 
syntlietique dont toutes les parties se reunissent suivant une loi lixe, 
logique, harmonieuse, pour former un tout homogene dont nulle fraction 
ne peut etre distraite sans (letruire l'ensemble. 
La science et l'art ne font qu'un dans l'architecture du XIII" siecle, la 
forme n'est que la consequence de la loi niatliematique; de meme que 
dans l'ordre moral, la foi, les croyances, cherchent {i setablir sur la raison 
humaine, sur les preuves tirees des Eeritures, sur l'observation des pheno- 
menes physiques, et se hasardent avec une hardiesse et une grandeur de 
VUES remarquables dans le champ de la discussion. On ne doit point perdre 
de vue que, dans ce grand siecle, l'elite des intelligences etait orthodoxe. 
Alliert le Grand et son eleve saint Thomas d'Aquin faisaient converger les 
connaissances etendues qu'ils avaient pu acquerir, la penetration singu- 
liere de leur esprit, vers ce point dominant, la tlieologie. Cette tendance 
est aussi celle des arts du X1118 siecle, et explique leur parfaite unite. 
Il ne faudrait pas croire cependant que l'architecture religieuse füt la 
seule, et qu'elle imposat ses formes a l'architecture civile; loin delii. On 
ne doit pas oublier que l'architecture francaise s'et:iitconst1tuee au milieu 
du peuple conquis en face de ses conquerants; elle prenait ses inspirations 
dans le sein de cette fraction iiidigene, la plus nombreuse de la nation; elle 
etait tonibee aux mains des laiques sitot apres les preniieres tentatives 
d'emaiicipation; elle ifetait ni theocratique ni feodale. (Tetait un art 
independant, national, qui se pliait a tous les besoins, et elevait un chateau. 
une maison, une cathedrale (voy. ces mots), en employant (les formes et des 
procedes appropries ii chacun de ces ediiiees; et s'il yavait llilfmüflie entre 
ces dilierentes branches de l'art, si elles etaient sorties du meme tronc, 
elles se developpaient cependant dans des conditions tellement diiferentes, 
fiifil est impossible de ne pas les distinguer. Non-seulement l'architecture 
fraiicaise du X111" sicclc adopte des formes diverses en raison des besoins 
auxquels elle doit satisfaire, mais encore nous la voyons se plier aux 
niiitcriaiix qu'elle emploie. Si c'est un edillce de brique, (16 Pierre ou de 
bois qu'elle ele1fe,ellc donnea chacune de ces constructions une apparence 
dilferente, celle qui convient le mieuxii la nature de la matiere dont elle 
dispose. Le fer l'orge, le bronze et le plomb coule ou repousse, le bois, le 
i.  20
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.