Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Abaque-Aronde]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1100478
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1102347
M9 
[ ARCHITECTURE 
l'architecture ogivale prend sa place et conserve sa qualite, chaque 
homme et chaque objet comptent pour ce qu'ils sont, comme dans 1a 
Greation chaque chose a son role trace par la main divine. Et comme s'il 
semblait que cet art ne dut pas cesser d'etre niethodique jusque dans sa 
pzrrure, nous le voyons, des son origine, abandonner tous les ornements 
laisses par les traditions romano-byzantines, pour revetir ses frises, ses 
corniches, ses gorges, ses chapiteaux, ses voussures des fleurs et feuilles 
empruntees aux forets et aux champs du nord de la France. Chose 
merveilleuse l l'imitatioi1 des vegetaux semble clle-ineme suivre un ordre 
conforme a celui de la nature; les exemples sontla quiparleiit deux-memes. 
Les bourgeons sont les premiers phenomenes sensibles de la vegetation, 
les bourgeons donnent naissance a des scions ou jeunes branches cliargees 
de feuilles ou de lleurs. Eh bien l lorsque l'architecture francaise, a la 
lin du XII" siecle, s'empare de la ilore comme moyen de decoration, elle 
commence par l'imitation des cotylädons, des bourgeons, des scions, pour 
arriver hientot fila reproduction des tiges et des feuilles developpees 
(ifoyez les preuves dans le mot FLORE). Il va sans dire que cette inethode 
synthetiqiie est, a plus forte raison, suivie dans la statique, dans tous les 
moyens employes par l'architecture pour resister aux agents destructeurs. 
Ainsi la forme pyramidale est adoptee comme la plus stable, les plans 
horizontaux sont exclus comme arretant les eaux pluviales, et sont rem- 
places, sans exception, par des plans fortement incliiies. A cote de ces 
doiinees generales d'ensemble, si nous examinons les details, nous restons 
frappes de l'organisation interieure de ces edifices. De ineme que le corps 
humain porte sur le sol et se meut au moyen de deux points d'appui 
simples, greles, occupant le moins d'espace possible, se complique et se 
developpe a mesure qu'il doit contenir un grand nombre d'organes impor- 
tants; de rneme Yeditice golhique pose ses points d'appui d'apres les donnees 
les plus simples, sorte de quillage dont la stabilite n'est maintenue quepar 
la combinaison et les developpements des parties superiellfeä- Ifädlfiüe 
gothique ne reste debout qu'a la condition d'etre complet; on ne peut 
retrancher un de ses organes sous peine de le voir perir, car il nüicqlliefll de 
stahilite que par les lois de Yequilibre. C'est la du reste un des reproches 
qu'on adresse le plus volontiers a cette architecture, non sans quelque 
apparence de raison. Mais ne pourrait-on alors reprocher aussi a l'homme 
la perfection de son organisation, et le regarder comme une creature 
inferieure aux reptiles, par exemple, parce qu'il est Plus Senslble que  
ceux-ci aux agents exterieurs, et plus fragile  Dans l'architecture 
gothique, la matiere est soumise a Fidee, elle n'est quülnefies CÜÜSÜCIUÜIÜÜÜS 
de l'esprit moderne, qui derive lui-meme du christianisme.  
Toutefois le principe qui dirigeait cette architecture, Paf C010 Infime 
qu'il etait base sur le raisonnement humain, ne POÜVÜÜ fafmtef il une 
forme; du moment que l'architecture s'etait identiüee avec les idees d'une 
äpoque et d'une population, elle ne pouvait manquer de se inodilier en 
meme temps que ces idees. Peiirlziiit le regnG de PIÜÜDPWÄUSUHG 011
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.